•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les incendies tuent davantage dans les réserves

L'incendie d'une maison de la Première Nation St. Theresa Point a causé la mort d'un bébé.

L'incendie d'une maison de la Première Nation St. Theresa Point a causé la mort d'un bébé.

Photo : GRC

Radio-Canada

Les membres des réserves sont davantage les victimes d'incendies que le reste de la population manitobaine.

Cette situation s'avère préoccupante, à tel point que le ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien avait diligenté une enquête sur l'état des services de lutte contre les incendies dans les réserves manitobaines, en mai dernier.

Dimanche, l'incendie d'une maison dans la Premère Nation de St. Theresa Point a causé la mort d'un bébé de deux mois. Début décembre, un poupon de 20 mois avait péri dans les flammes dans la réserve Marcel Colomb.

Les résidents des réserves sont cinq fois plus nombreux à mourir dans un incendie que le reste de la population manitobaine. Dix-huit personnes vivant dans des réserves ont perdu la vie dans des incendies depuis 2005, selon le Commissariat des incendies du Manitoba. La fillette de deux mois, qui est morte dimanche à St. Theresa Point, est le onzième enfant à avoir péri dans les flammes ces cinq dernières années.

Conditions de vie dans les réserves

Pourtant 57 des 63 réserves du Manitoba, sont dotées d'un service de lutte contre les incendies. Ottawa injecte chaque année 3,2 millions de dollars dans les opérations de secours et la maintenance de l'équipement des pompiers dans les réserves.

Toutefois, cet équipement s'avère désuet, selon le directeur général de l'Association des pompiers autochtones du Manitoba, Daren Mini, qui pointe également du doigt la vétusté des habitations.

Selon Michael Lawrenchuk, producteur du documentaire de 1998 « Wrapped in Plastic - Housing Manitoba First Nations », qui montre les conditions de vie dans les réserves, la situation n'a guère changé depuis 13 ans.

En moyenne, 44 % de la population des réserves du Canada vit dans des habitations ayant besoin de réparations majeures et 26 % vit dans des maisons surpeuplées. Cette situation contribuerait au nombre anormalement élevé de décès dus aux incendies, selon le Centre de collaboration nationale de la santé autochtone.

Dans la Première Nation de St. Theresa Point, le nombre d'habitants par maison s'élève en moyenne à 6,7, alors que ce chiffre atteint 2,4 pour le reste de la province. Près de 300 familles attendent présentement un logement à St. Theresa Point.