•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Robert Bouchard plaide pour un deuxième pont

Le député Robert Bouchard
Le député Robert Bouchard explique les conclusions de l'étude commandée à Génivar
Radio-Canada

Le député de Chicoutimi-Le-Fjord a dévoilé les conclusions d'une étude commandée à la firme Génivar visant à convaincre le gouvernement fédéral de participer financièrement à la construction d'un deuxième pont sur le Saguenay.

Robert Bouchard rappelle que le pont Dubuc, qui relie les deux rives du Saguenay dans l'arrondissement de Chicoutimi, va bientôt atteindre sa capacité maximale de 50 000 véhicules par jour et pourrait alors donner des signes de faiblesse. « C'est un pont qui a 40 ans et sa vie utile est de 50 ans, dit-il. Dans les prochaines années, ce pont va représenter beaucoup d'investissements et de réparations. »

La recommandation la plus importante du groupe Génivar, selon Robert Bouchard, est celle de modifier le statut de la route 175. Celle-ci se termine actuellement à l'angle des boulevards Talbot et Université.

Pont Dubuc

Il faudrait prolonger la route 175 jusqu'au côté nord du pont Dubuc, croit le député, pour que le lien entre les deux rives du Saguenay obtienne la reconnaissance de route nationale. M. Bouchard ajoute que cette reconnaissance pourrait être transférée au nouveau pont et à la route qui seraient construits dans le secteur de Saint-Jean-Eudes.

Le député de Chicoutimi-Le-Fjord souligne que le titre de route nationale a déjà fait ses preuves pour la construction d'une route à quatre voies dans la réserve faunique des Laurentides. « Selon moi, ça été difficile pour le gouvernement fédéral de dire je n'embarque pas là-dedans », mentionne Robert Bouchard.

L'étude de Génivar précise qu'un deuxième pont situé dans le secteur de Saint-Jean-Eudes coûterait 200 millions de dollars.

Aucun thème sélectionné