•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle offensive publicitaire contre l'opposition

Extrait d'une des publicités
Extrait d'une des publicités
Radio-Canada

Bien qu'ils assurent ne pas vouloir d'élections hâtives, les conservateurs de Stephen Harper ont lancé lundi 10 nouvelles publicités télévisées visant à discréditer leurs adversaires, et plus particulièrement le chef libéral, Michael Ignatieff.

Six des publicités sont en anglais, et quatre, en français. Dans deux d'entre elles, soit une dans chaque langue, les conservateurs vantent leur bilan en matière d'économie.

Les publicités destinées au Québec

En français, les conservateurs ont également préparé deux publicités, l'une attaquant Michael Ignatieff, et l'autre visant spécifiquement le Bloc québécois et son chef, Gilles Duceppe.

La publicité visant le chef libéral reprend des propos de libéraux qui critiquent leur chef, dont ceux de son ex-lieutenant politique au Québec, Denis Coderre. La publicité utilise aussi des propos que le député montréalais Justin Trudeau a tenus à l'endroit de son chef en novembre 2006, lors de la course à la direction remportée par Stéphane Dion.

L'autre publicité se concentre sur le fardeau fiscal qui augmenterait s'il devait être élu. Contrairement aux publicités en anglais, les deux messages escamotent toute allusion à un manque de patriotisme de la part de Michael Ignatieff ou à sa volonté de s'allier aux bloquistes au sein d'un gouvernement de coalition.

La publicité attaquant Gilles Duceppe le dépeint comme un obstructionniste, qui a voté « contre la création de milliers d'emplois en région », « contre des peines plus sévères envers les criminels » et « contre des mesures pour arrêter l'immigration clandestine ».

La publicité reprend également des propos de l'ex-vice-présidente du Bloc, Hélène Alarie, qui s'était plainte, il y a bientôt quatre ans, de « l'impérialisme montréalais » au sein du Bloc.

Les publicités en français se terminent toutes par le slogan « Notre région au pouvoir ».

La campagne pour le Canada anglais

En anglais, les conservateurs diffuseront quatre publicités raillant Michael Ignatieff, et une autre s'attaquant au chef du Nouveau Parti démocratique, Jack Layton.

Les publicités visant le chef libéral reprennent un refrain déjà entonné lors d'une campagne similaire en 2009. Elles s'ouvrent toutes avec la phrase « Michael Ignatieff est de retour au Canada », et se concluent par la réponse : « Il n'est pas revenu pour vous. »

Elles dépeignent Michael Ignatieff comme un homme au patriotisme douteux, susceptible d'augmenter la taxe sur les produits et services (TPS) et capable de s'allier aux indépendantistes du Bloc pour gouverner le pays.

Les messages invitent les téléspectateurs à visiter un nouveau site Internet, www.ignatieff.me, qui présente le chef libéral comme un être terriblement arrogant qui ne fait que passer.

Jack Layton a pour sa part droit à une publicité qui le dépeint comme un homme aveuglé par l'ambition. L'argument invoqué à cette fin est que M. Layton a entrepris de négocier un accord sur la formation d'un gouvernement réunissant son parti, ainsi que les libéraux et les bloquistes, avant même que les votes des Canadiens n'aient été dépouillés.

Le Parti conservateur refuse de préciser la durée de la campagne et le nom des chaînes télévisées qui les présenteront.

Politique