•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Tribunal spécial dépose un acte d'accusation

Le texte fondateur du TSL a été déposé sur la tombe de Rafic Hariri le 7 septembre dernier.

Le texte fondateur du TSL a été déposé sur la tombe de Rafic Hariri le 7 septembre dernier.

Photo : AFP / Joseph Eid

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le procureur du Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a déposé un acte d'accusation dans le cadre de son enquête sur l'attentat de 2005 contre l'ex-premier ministre libanais Rafic Hariri, a annoncé lundi le tribunal.

À cette étape de la procédure, l'acte d'accusation, « accompagné de pièces justificatives », restera confidentiel a indiqué le greffier du tribunal. Le juge de la mise en état, le Belge Daniel Fransen, est chargé de l'examiner en vue de sa confirmation.

En novembre dernier, une enquête du réseau CBC avait fait état d'une implication du Hezbollah. Elle avait permis d'obtenir des documents compromettants que l'ONU aurait tenté de cacher. Ces documents montraient notamment du doigt le colonel Wissam al-Hassan, ancien chef de la sécurité de Rafic Hariri et actuel chef des renseignements de la police libanaise.

Tant le procureur du tribunal spécial pour le Liban que le premier ministre Saad Hariri avaient critiqué la diffusion de ces informations.

Le Hezbollah s'attend d'ailleurs à être mis en cause dans le cadre de l'enquête. Sans donner de détails, son chef, Hassan Nasrallah, a affirmé dimanche soir que la formation chiite « se défendra » contre toute accusation, sans préciser de quelle façon.

La semaine dernière, la démission des ministres du Hezbollah et de leurs alliés a entraîné la chute du gouvernement du premier ministre libanais, Saad Hariri, fils de Rafic.

Le puissant parti chiite accuse le TSL de faire partie d'un « complot israélo-américain » visant sa destruction. Ces derniers mois, il a fait pression, en vain, sur Saad Hariri pour qu'il désavoue le tribunal.

Le TSL a été mis sur pied par les Nations unies en 2007 pour enquêter sur l'attentat à la camionnette piégée commis en février 2005 à Beyrouth contre l'ancien premier ministre libanais. Vingt-deux autres personnes avaient été tuées.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !