•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Berlusconi soupçonné d'avoir eu des relations sexuelles avec une mineure

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Silvio Berlusconi est à nouveau dans le viseur de la justice italienne. Une enquête pour prostitution a été ouverte contre le président du Conseil, soupçonné d'avoir eu des relations sexuelles avec une jeune Marocaine âgée de 17 ans à l'époque des faits.

Déjà poursuivi pour des affaires de corruption et éclaboussé par des scandales impliquant des jeunes femmes, le chef du gouvernement âgé de 74 ans est aujourd'hui soupçonné d'avoir abusé de ses fonctions pour faire libérer la jeune femme, surnommée Ruby Rubacuori (Ruby la voleuse de coeurs), interpellée alors pour vol, et étouffer toutes révélations sur l'affaire, précise les procureurs de Milan dans leur communiqué.

Ils ont également envoyé vendredi une convocation au président du Conseil et à ses avocats, et ordonné à la police d'effectuer des perquisitions dans les bureaux de plusieurs personnes concernées par l'affaire, notamment une ancienne danseuse devenue politicienne et proche de Berlusconi, Nicole Minetti.

« Cette enquête absurde et sans fondement constitue une très grave interférence dans la vie privée du premier ministre, sans précédent dans l'histoire judiciaire du pays. »

— Une citation de  Nicolo Ghedini et Piero Longo, avocats de Berlusconi

C'est une affaire montée par les médias, les accusations « ayant déjà été rejetées par les témoins et les personnes directement impliquées », ont-ils estimé.

L'affaire Ruby a été rendue publique il y a quelques mois après l'arrestation en mai dernier de la jeune fille, âgée de 17 ans, par la police de Milan pour un vol présumé.

D'après des médias ne citant pas leurs sources, elle a été relâchée après l'intervention de Silvio Berlusconi, qui a prétendu qu'elle était une proche du président égyptien Hosni Moubarak. Il a d'ailleurs envoyé au commissariat de Milan Nicole Minetti, élue de son parti dans la région.

Les juges cherchent à savoir si Silvio Berlusconi a bien téléphoné à la police de Milan, les 27 et 28 mai, pour s'assurer de la libération de la jeune femme et cacher qu'il avait été son client.

Ruby, aujourd'hui âgée de 18 ans, a reconnu s'être rendue dans la propriété de M. Berlusconi à au moins une occasion, mais affirme n'avoir jamais eu de relations sexuelles avec le président du Conseil.

Silvio Berlusconi a dénoncé une campagne de « mensonges » orchestrée selon lui par une presse hostile. Il a justifié son intervention et assuré qu'il ferait la même chose si c'était à refaire.

Ces dernières années, « il Cavaliere » a été mis en cause à plusieurs reprises pour des aventures présumées avec des jeunes femmes, notamment lors de parties organisées dans sa villa d'Arcore, près de Milan, et de possibles rendez-vous avec des prostituées. En 2009, sa deuxième épouse, Veronica Lario, avait annoncé leur divorce à cause de la présence de Berlusconi aux 18 ans d'un mannequin italien et de son goût pour les jeunes femmes.

La loi d'immunité invalidée

Jeudi, la Cour constitutionnelle italienne a invalidé une partie de la loi d'immunité protégeant le président du Conseil. Elle a levé le caractère automatique de la loi empêchant le chef du gouvernement de comparaître en justice, laissant à des juges le soin de décider s'il peut de nouveau être jugé dans des affaires de corruption.

Si la loi, votée en mars 2010 et entrée en vigueur en avril, avait été invalidée dans son ensemble, les deux procès actuellement suspendus de Silvio Berlusconi auraient pu reprendre immédiatement. Un rejet total aurait également affaibli encore plus le chef du gouvernement italien, déjà fragilisé par ces affaires de moeurs et qui a échappé en décembre à une motion de censure.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !