•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Quartette au chevet des négociations de paix

Des Palestiniens ont attaqué vendredi une voiture appartenant à des colons juifs dans un quartier arabe de Jérusalem-Est.

Des Palestiniens ont attaqué vendredi une voiture appartenant à des colons juifs dans un quartier arabe de Jérusalem-Est.

Photo : AFP / Ahmad Gharabli

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un responsable gouvernemental allemand a confirmé vendredi que le Quartette pour la paix au Proche-Orient se réunira à Munich du 4 au 6 février pour étudier comment relancer les négociations de paix directes entre Israéliens et Palestiniens, qui sont au point mort.

Une porte-parole de la diplomate en chef de l'Union européenne (UE), Catherine Ashton, avait annoncé jeudi que le Quartette allait se réunir au plus haut niveau le 5 février, en marge de la Conférence sur la sécurité de Munich qui se tient annuellement à Munich.

Après une brève relance, les négociations de paix directes entre Israéliens et Palestiniens ont été suspendues en septembre 2010, après qu'Israël eut refusé de prolonger un moratoire sur la colonisation juive en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, qui revendique ces terres, avait exigé cet arrêt de la colonisation pour poursuivre les négociations. L'ONU a elle-même reconnu dans sa résolution 242, adoptée en 1967, que ces constructions étaient illégales.

Les États-Unis ont tenté de convaincre Israël de changer d'idée, mais en vain. Le 7 décembre Washington a annoncé qu'il cessait ses efforts en ce sens. L'émissaire du président Obama pour la paix au Proche-Orient, George Mitchell, mène depuis des pourparlers indirects entre les deux parties, mais aucun progrès n'a été signalé.

Pour reprendre le dialogue, les Palestiniens exigent aussi la reconnaissance de l'État palestinien à l'intérieur des frontières de juin 1967, avant la guerre des Six Jours, moyennant des échanges mineurs de territoire.

Depuis l'arrêt des négociations directes, les Palestiniens ont enregistré des gains à ce sujet sur le plan diplomatique.

Le Brésil, l'Argentine, la Bolivie, l'Équateur et la Guyana ont reconnu la Palestine comme étant un État indépendant, délimité à l'intérieur des frontières de juin 1967. L'Uruguay a annoncé qu'il ferait de même en 2011.

Cuba, le Venezuela, le Nicaragua et le Costa Rica reconnaissent déjà l'État palestinien.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !