•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des bourses pour tous les âges

La comédienne Myriam de Verger

La comédienne Myriam de Verger

Photo : TOU.TV

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un plus grand nombre d'artistes montréalais appartenant à des minorités visibles auront accès à une aide financière.

Le Conseil des arts et des lettres du Québec, qui gère le programme de bourses Vitalité Montréal, a annoncé jeudi qu'il n'allait plus limiter à 35 ans l'âge maximum des créateurs qui demandent un soutien financier.

Doté d'un budget de 490 000 $, le programme mis sur pied il y a trois ans vient d'être renouvelé pour les trois prochaines années. Dorénavant, quel que soit leur âge, les artistes issus de l'immigration pourront déposer une demande, à condition de vivre à Montréal et de ne pas avoir reçu de bourse au Canada.

« Les créateurs immigrants qui avaient plus de 35 ans avaient exprimé un besoin d'avoir le même soutien, car ils ont les mêmes difficultés que les jeunes de la relève », explique Yvan Gauthier, PDG du Conseil des arts et des lettres du Québec.

Un programme qui a fait ses preuves

Depuis 2007, sur 350 demandes, 82 candidats ont obtenu une bourse. L'argent leur a permis de réaliser un album, un spectacle, une vidéo, une murale ou encore une chorégraphie.

« L'enthousiasme de ces artistes et la qualité de leurs oeuvres ont convaincu tous les partenaires de l'importance de renouveler ce programme », a souligné M. Gauthier.

La comédienne Myriam de Verger est née au Québec de parents haïtiens. Elle a pu monter sa première pièce de théâtre grâce à une bourse Vivacité Montréal de 8000 $.

« C'est sûr que c'est une discrimination positive, mais on en a besoin. [...] Il y a trop peu de programmes du genre qui favorisent l'expression des immigrants, ou des gens issus de l'immigration, des communautés culturelles ou des minorités visibles. C'est nécessaire à la pluralité culturelle aussi dans le secteur culturel », fait-elle valoir.

Les artistes ont jusqu'au 7 février pour déposer une demande de bourse.

D'après un reportage d'Ève Payette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !