•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore un régime minceur pour AbitibiBowater

Richard Garneau, nouveau PDG d'AbitibiBowater

Richard Garneau, nouveau PDG d'AbitibiBowater

Photo : AbitibiBowater

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Même si AbitibiBowater s'est considérablement amincie pendant sa récente restructuration judiciaire, la forestière montréalaise n'entend pas s'arrêter là : elle donnera un autre coup de hache dans ses dépenses.

C'est ce qu'a indiqué vendredi le nouveau président et chef de la direction d'Abitibi, le Québécois Richard Garneau, qui s'adressait pour la première fois vendredi aux analystes financiers.

Dans le cadre de sa restructuration, AbitibiBowater a réduit ses coûts fixes de 880 millions de dollars par année, ce qui comprend une baisse de 164 millions de dollars de ses frais d'administration et de 500 millions dollars des versements d'intérêts sur sa dette, laquelle a fondu de 6,8 milliards de dollars à 850 millions de dollars.

L'entreprise croit pouvoir diminuer de 16 millions de dollars de plus par année ses frais d'administration et d'un montant non précisé ses versements d'intérêts en abaissant davantage sa dette.

Une fois de plus, les usines canadiennes d'AbitibiBowater seront dans le collimateur, leurs coûts ayant augmenté avec la force du huard, désormais à parité avec le billet vert. C'est sans compter que le premier producteur nord-américain de papier journal prévoit que la demande pour ce produit continuera de reculer de trois à cinq pour cent par année aux États-Unis et au Canada.

Pour y faire face, AbitibiBowater compte accroître ses exportations en Amérique latine et en Asie, tout en reconnaissant que des réductions de capacité seront également nécessaires.

Entente à Maniwaki

Une entente de principe a été conclue jeudi à la scierie d'AbitibiBowater à Maniwaki. Les employés membres du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP-FTQ) sont appelés à voter sur cette entente le 19 janvier.

Le syndicat a précisé qu'aucun détail ne sera fourni avant la tenue de l'assemblée des membres.

Le vice-président du SCEP, Renaud Gagné, a toutefois avancé que cette entente respectait le cadre des ententes qui ont été conclues dans les autres scieries d'AbitibiBowater au Québec.

La Presse Canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !