•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ONG canadiennes veulent passer à une autre étape

Des Haïtiens reçoivent des denrées alimentaires le 23 janvier 2010.

Des Haïtiens reçoivent des denrées alimentaires le 23 janvier 2010.

Photo : AFP / Stan Honda

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un an après le séisme en Haïti, les organisations non gouvernementales de la Coalition humanitaire estiment que beaucoup a été fait en Haïti pour les besoins urgents. Mais elle est inquiète et impatiente au sujet de l'importance d'avancer dans la reconstruction et le développement durable.

La Coalition humanitaire, qui réunit des représentants des organismes Aide à l'enfance Canada, CARE Canada, Oxfam Canada et Oxfam-Québec, déplore qu'elle doive toujours se concentrer sur la distribution de biens essentiels. Elle considère qu'il est maintenant temps de se concentrer sur la reconstruction de la communauté, des institutions et des infrastructures.

Les ONG ont souligné quelques-unes de leurs réalisations. Par exemple, au cours de l'année, CARE Canada a pu construire plus de 1000 abris transitoires et Oxfam Canada a distribué des abris et de l'eau potable à plus de 500 000 sinistrés, tout en faisant aussi une priorité de la construction de latrines et de conduites d'eau.

On a encore besoin de terminer le deuil, de reconnaître l'énormité de la tragédie humaine [...] mais d'une façon toute modeste, il nous faut célébrer les réalisations de cette dernière année en ce qui a trait aux progrès accomplis.

Anthony Scoggins, directeur des programmes internationaux d'Oxfam Canada

La coalition appelle à un leadership très fort du gouvernement haïtien et espère qu'il sera davantage possible, à l'avenir, de créer des plateformes et des institutions « pour rejoindre toutes les couches sociales » et de consulter les autorités haïtiennes.

Will Postma, directeur des programmes d'Aide à l'enfance Canada, explique que son ONG a voulu travailler en collaboration avec la société civile tout de suite après le tremblement de terre. Il dit toutefois que cela s'est avéré très difficile, étant donné que ses équipes de travailleurs humanitaires ne parvenaient pas, dans un premier temps, à trouver de responsables.

Un pays est à construire, et ce pays ne pourra se reconstruire sans la participation des gens de ce pays.

Michel Verret, directeur développement chez Oxfam-Québec

Par ailleurs, l'Association patronale des entreprises en construction du Québec (APECQ) annonce la création de Construction sans frontières. Allant dans le sens des conclusions de la Coalition humanitaire, le projet se concentrera sur « le développement durable et humanitaire sur le plan international » et favorisera le démarrage et le financement de projets de reconstruction.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !