•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an après le séisme, Haïti se souvient

Des Haïtiens prient au pied de la cathédrale Notre-Dame, à Port-au-Prince.

Des Haïtiens prient au pied de la cathédrale Notre-Dame, à Port-au-Prince.

Photo : AFP / Alice Speri

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Haïtiens ont observé une minute de silence à 16 h 53, mercredi, exactement un an après le tremblement de terre qui a dévasté le pays.

Une minute de silence a aussi été observée aux Nations unies et au sein de la diaspora haïtienne à travers le monde, notamment à Montréal.

À Port-au-Prince, après la minute de silence, une messe spéciale a été célébrée à la mémoire des victimes. Tout au long de la journée, des messes similaires ont eu lieu, même dans les petites églises dévastées.

Un an après le séisme, Haïti a toujours l'air d'un pays ravagé. Encore aujourd'hui, près d'un million d'Haïtiens sont toujours sinistrés et des millions de tonnes de débris encombrent les rues. Seulement 5 % des débris ont été ramassés jusqu'à présent.

Mercredi, le premier ministre haïtien, Jean-Max Bellerive, a annoncé que le séisme avait fait 316 000 morts et 350 000 blessés, en plus de 1,5 million de sans-abri, des données beaucoup plus élevées que celles de l'ONU, dont le bilan officiel est de plus de 200 000 morts.

Plusieurs dignitaires étrangers se sont rendus en Haïti pour participer aux commémorations.

Michaëlle Jean en Haïti

L'ex-gouverneure générale Michaëlle Jean, maintenant envoyée spéciale de l'ONU à Haïti, est sur place.

Mme Jean doit participer à plusieurs cérémonies mercredi afin de commémorer le tremblement de terre qui a frappé ce pays des Caraïbes.

Elle a notamment assisté à un service commémoratif dans la capitale haïtienne en l'honneur des employés de l'ONU qui ont péri dans le séisme du 12 janvier 2010. Le président d'Haïti, René Préval, et l'ancien président américain Bill Clinton ont aussi participé à la cérémonie.

L'aide du Canada et la route de l'argent

Des centaines de millions de dollars ont été recueillis au Canada pour aider Haïti. À elle seule, la Croix-Rouge canadienne a amassé près de 200 millions de dollars. Voici comment cette somme a été ou sera utilisée :

  • 25 % a servi pendant la phase d'urgence, dans les heures, les jours et les mois suivant le séisme;

  • 70 % sera consacrée à la reconstruction, soit celle de l'hôpital de Jacmel et la mise sur pied de 30 000 maisons qui abriteront 150 000 personnes d'ici la prochaine saison des ouragans;

  • 5 % seront consacrés à des projets à plus long terme, dont la réfection des infrastructures pour les rendre plus résistantes aux intempéries.

Pour sa part, Ottawa s'est engagé à donner 400 millions de dollars à Haïti. La moitié de cette somme a été versée, selon le gouvernement. Mardi, la ministre de la Coopération internationale, Bev Oda, a annoncé de nouveaux projets d'aide en santé et en éducation pour une somme de 93 millions de dollars.

Le gouvernement canadien répondait ainsi aux critiques d'une douzaine d'organismes d'aide humanitaire québécois qui ont affirmé que seulement une infime partie de l'argent promis par le Canada pour la reconstruction d'Haïti avait été concrètement engagée dans des projets. Le gouvernement fédéral se dit conscient de la lenteur du processus, mais attribue la situation à la désorganisation du pays.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !