•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Censure à la télévision

    La télévision communautaire de Grande-Rivière

    La télévision communautaire de Grande-Rivière

    Radio-Canada

    Radio-Canada a appris que la télévision communautaire de Grande-Rivière a censuré l'intervention d'un résident de Percé lors de la séance du conseil municipal du 6 décembre dernier, et ce, après avoir reçu un appel du député libéral de Gaspé, Georges Mamelonet.

    Rappelons que ce dernier était maire de Percé et président du club nautique avant de devenir député en 2008.

    Le député de Gaspé a téléphoné au directeur de la télévision communautaire pour l'avertir que s'il y avait des propos diffamatoires de diffusés à son endroit relativement à ses anciennes fonctions, la télévision communautaire s'exposerait à des poursuites.

    « Moi, ce qui m'a été conseillé, c'est qu'on n'a pas à se mettre notre député à dos », explique le directeur général de la télévision communautaire de Grande-Rivière, Mirko Dassylva.

    M. Dassylva a alors pris la décision de censurer l'intervention du citoyen, même s'il n'avait pas encore visionné l'extrait.

    « C'est sûr que dans le cas de la télévision communautaire de Grande-Rivière, on a pris la décision de ne pas diffuser de façon intégrale l'assemblée municipale de la Ville de Percé, car on ne voulait pas se retrouver dans une situation où la télévision communautaire aurait eu des poursuites judiciaires à la suite de propos diffamatoires dits par un citoyen », ajoute Mirko Dassylva.

    L'extrait coupé au montage de la première diffusion a par la suite été réintégré. De son côté, le citoyen souhaite toujours savoir ce que compte faire la Ville avec les taxes municipales impayées de 110 000 $ par le club nautique de Percé. Il demande « que ledit dossier soit remis à la Sûreté du Québec, bureau de Rimouski, au département des enquêtes criminelles ».

    Aucune poursuite

    Georges MamelonetAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Le candidat libéral Georges Mamelonet (archives)

    Puisque son nom n'a finalement jamais été mentionné dans cet extrait, le député a décidé de ne poursuivre personne. Il reconnaît avoir téléphoné directement à la télévision communautaire, mais « pas pour censurer, simplement pour obtenir une copie de l'enregistrement ».

    « De manière à voir si, effectivement, il y avait lieu ou non à une mise en demeure et vérifier qu'il n'y avait pas d'exagération dans ce type de propos », souligne Georges Mamelonet.

    Taxes municipales impayées

    À propos des taxes municipales qu'il n'a pas réclamées au club nautique, dont il était le président pendant qu'il était maire, Georges Mamelonet soutient qu'il n'était pas au courant.

    Non, je n'étais pas au courant et j'étais encore maire quand je l'ai appris, c'est-à-dire à la fin de 2007, et c'est pour ça que le club nautique a reçu un compte de taxes en 2008.

    Georges Mamelonet, député libéral de Gaspé

    Selon la loi, c'est au locataire d'une bâtisse, même si elle appartient au gouvernement, de payer les taxes municipales, à moins d'obtenir une exemption en démontrant que ses activités principales se tiennent à l'intérieur de l'édifice. Sans cette preuve, le club nautique a vu sa demande rejetée en 2003.

    Toutefois, la Commission municipale du Québec a accordé ce privilège le 7 décembre dernier. Il reste à voir qui paiera les taxes municipales de 110 000 $.

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !