•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'effet « euphorique » de la musique mieux compris

Un adolescent écoute de la musique

La musique écouté par les participants incluait du classique comme Beethoven, du rock comme Led Zeppelin, mais aussi des pièces techno du DJ Tiesto

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La sensation de bien-être que ressentent les personnes qui écoutent de la musique provient de la sécrétion de dopamine, ont montré les travaux de chercheurs québécois de l'Université McGill.

La science savait déjà que cette molécule chimique, un neurotransmetteur, était associée à d'autres plaisirs ou récompenses plus tangibles comme manger, avoir une relation sexuelle ou consommer de la drogue.

Il s'agit à notre connaissance de la première démonstration de la libération de dopamine par une récompense abstraite comme la musique.

Une citation de :Pr Robert Zatorre

Les travaux de Valorie Salimpoor et Robert Zatorre ont montré que la dopamine est secrétée à la fois en anticipation du plaisir lié à la musique écoutée et lors de l'apothéose de plaisir ressenti lors d'un pic émotionnel.

En outre, les chercheurs ont découvert qu'il s'agissait de deux processus physiologiques distincts qui impliquent des zones différentes, au coeur du cerveau:

  • Lors du pic de plaisir, le noyau accumbens impliqué dans l'euphorie (liée à la prise de psychostimulants comme la cocaïne) était stimulé.
  • Par anticipation, l'activité de la dopamine était constatée dans une autre zone (noyau caudé).

De plus, le niveau de sécrétion de dopamine variait avec l'intensité de l'émotion et du plaisir, par comparaison avec des mesures faites lors de l'écoute d'une musique jugée neutre.

Selon les chercheurs, cette nouvelle connaissance permet de mieux comprendre pourquoi la musique contribue au renforcement des émotions et pourquoi elle a une si grande valeur dans toutes les sociétés.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature Neuroscience.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !