•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alerte à la dioxine en Allemagne

Radio-Canada

Plus de 4700 fermes et exploitations agroalimentaires allemandes ont été fermées par mesure de précaution jeudi par le ministère de l'Agriculture.

Elles sont susceptibles d'avoir utilisé des graisses alimentaires contaminées à la dioxine, un produit cancérigène susceptible de causer des cancers ou des fausses couches s'il est consommé en forte dose.

Un technicien procède à des tests sur des oeufs pour vérifier s'ils sont contaminés, en Allemagne.

Un technicien allemand procède à des tests sur des oeufs pour vérifier s'ils sont contaminés.

Photo : AFP / Friso Gentsch

Selon les autorités gouvernementales, la contamination provient de 3000 tonnes de graisses alimentaires livrées par la firme Harles und Jentzsch à 25 fabricants de fourrage. Quelque 150 000 tonnes de fourrage contaminé ont ensuite été distribuées à des fermes avicoles et porcines de plusieurs länder allemands, et plus particulièrement en Basse-Saxe.

Des analyses de laboratoire publiées jeudi ont confirmé cette contamination des graisses alimentaires, avec dans certains cas des taux 10 fois supérieurs à la norme recommandée, soit 0,75 nanogramme par kilogramme. La contamination d'oeufs à la dioxine avait déjà été prouvée.

Une enquête criminelle visant Harles und Jentzsch a été ouverte. Selon le quotidien Hannoversche Allgemeine Zeitung, la compagnie était au courant depuis mars d'une contamination de ses produits. Des analyses auraient révélé des taux de dioxine deux fois supérieurs à la normale.

« À ce moment, ils devaient arrêter la livraison du produit [contaminé] ou informer immédiatement les autorités », a commenté un porte-parole du ministère de l'Agriculture, Christian Seifert. « Ils n'ont fait ni un ni l'autre. » Berlin dit n'avoir été informée de la situation qu'en décembre.

Les indices en présence plaident [...] jusqu'à présent pour une haute dose d'agissements criminels.

Christian Seifert, porte-parole du ministère de l'Agriculture

Harles und Jentzsch fabrique non seulement des graisses alimentaires destinées à l'industrie alimentaire, mais aussi d'autres graisses destinées à des applications industrielles, moins chères à produire.

Certains évoquent une erreur de manipulation, mais d'autres n'y croient pas. « Dans de telles quantités, cela ne peut pas être une erreur », affirme un responsable des autorités de Basse-Saxe, Konrad Scholz.

Selon M. Seifert, les dioxines se sont diluées au fil des transformations, de sorte que leur niveau dans les produits alimentaires au bout de la chaîne de production n'excède vraisemblablement pas la limite permise.

« Bien sûr, ce n'est pas une excuse. Ce comportement reste fautif », souligne M. Seifert.

Selon le président de la fédération agricole allemande, Gerd Sonnleitner, les fermes et les entreprises touchées par les fermetures provisoires vont subir un préjudice de 40 à 60 millions d'euros par semaine. Il réclame l'instauration d'un fonds de soutien alimenté par les fournisseurs de fourrage.

« Quiconque a mis en danger des centaines d'entreprises et la santé des consommateurs doit être tenu responsable », a fait savoir la ministre allemande de l'Agriculture, Ilse Aigner.

La situation cause des remous ailleurs en Europe. Le gouvernement néerlandais a ordonné mardi la saisie de 136 000 oeufs en provenance d'Allemagne. « D'après ce que nous savons, ce sont les seuls oeufs soupçonnés d'être contaminés qui ont été exportés vers le pays », a déclaré une porte-parole de l'agence nationale d'inspection des aliments.

Des produits à base d'oeufs contaminés ont aussi été exportés au Royaume-Uni, où ils ont été utilisés dans des mélanges utilisés par des fabricants de pâtisserie ou de mayonnaise. Les autorités de la santé publique disent que les niveaux de dioxine ne constituent pas un risque pour la santé parce qu'ils ont été mélangés à des oeufs sains.

La ministre Aigner plaide maintenant pour de meilleures règles européennes en matière de protection de la chaîne de production alimentaire. Elle suggère d'interdire à une compagnie de fabriquer des graisses alimentaires et des graisses destinées à l'industrie sur un même site.

Avec les informations de Agence France-Presse, New York Times, CNN, et BBC