•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Condamnation de l'attentat contre les chrétiens d'Égypte

Égypte : Le pape appelle à la défense des chrétiens après l'attentat qui a fait 21 morts près d'une église à Alexandrie

L'attentat est l'oeuvre d'un kamikaze commandité par « des éléments extérieurs », selon le ministère égyptien de l'Intérieur.

Photo : AFP / Mohammed Abed

Radio-Canada

De nombreux pays ont dénoncé l'attentat à la voiture piégée devant une église copte qui a fait 21 morts et plusieurs dizaines de blessés à Alexandrie.

Le président égyptien Hosni Moubarak a tout d'abord indiqué que l'attentat était dû à « des mains étrangères ». Il a ensuite appelé les Égyptiens, coptes et musulmans, à faire bloc contre le terrorisme, alors que le premier ministre Ahmad Nazif a assuré que tous les Égyptiens de toutes confessions étaient visés par cet acte criminel.

Al-Azhar, la grande institution de l'islam sunnite basée au Caire, a dénoncé un attentat contre l'unité nationale égyptienne.

Dans un communiqué de la Maison-Blanche, le président américain Barack Obama a « condamné fermement » l'attentat qui a frappé la communauté copte.

La France a pour sa part condamné « avec la plus grande vigueur » cet attentat en rappelant son soutien aux autorités égyptiennes dans leur lutte contre le terrorisme.

Au Proche-Orient, dirigeants arabes, autorités religieuses et Israël ont aussi dénoncé l'attentat.

L'Arabie saoudite, qui abrite les deux premiers lieux saints de l'islam, a parlé d'un « acte criminel que n'approuvent ni notre religion ni l'éthique et les normes internationales ».

L'Iran a également fait part de sa condamnation et a présenté ses condoléances à l'Égypte.

De son côté, le parti islamiste chiite libanais Hezbollah a dénoncé « un complot dangereux visant la diversité religieuse dans plus d'un pays arabe et musulman ». L'Autorité palestinienne a condamné un acte « visant à semer la discorde entre musulmans et chrétiens ».

En Israël, le premier ministre Benjamin Netanyahu s'est dit « profondément choqué ».

Le pape Benoît XVI a appelé les dirigeants du monde à défendre les chrétiens après l'attentat.

Depuis la basilique Saint-Pierre, où il officiait la messe du premier de l'an, le pape a mis en garde contre le découragement en soulignant que « l'humanité ne peut pas se montrer résignée à la force négative de l'égoïsme et de la violence, elle ne doit pas s'habituer aux conflits qui provoquent des victimes et mettent en danger l'avenir des peuples. »

L'attentat n'a pas été revendiqué, mais survient deux mois après que la branche irakienne d'Al-Qaïda ait proféré des menaces contre les coptes. Selon le ministère égyptien de l'Intérieur, l'attentat est l'oeuvre d'un kamikaze commandité par « des éléments extérieurs ».

En soirée, au moins 5000 personnes ont assisté aux funérailles des vitimees, qui se sont déroulées au monastère Marmina à King Mariout, une banlieue située à une trentaine de kilomètres d'Alexandrie.

La foule scandait des slogans dont notamment « O croix, nous nous sacrifions pour toi par notre âme et notre sang » et a refusé d'accepter les condoléances du président égyptien Hosni Moubarak.

« Non, non, non », ont crié les fidèles coptes interrompant, à plusieurs occasions, le secrétaire du pape copte Chénouda III, l'évêque Youanes lorsqu'il a voulu transmettre les condoléances du chef d'État.

Une copte manifeste devant les lieux de la tragédieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une copte manifeste devant les lieux de la tragédie

Photo : AFP / Mohammed Abed

Entre le désarroi et la colère

La tension est restée vive samedi autour de cette église où des heurts ont opposé à plusieurs reprises policiers et manifestants chrétiens en colère.

Des incidents ont par ailleurs éclaté entre chrétiens et musulmans. Plusieurs voitures ont été incendiées et la police est intervenue pour disperser la foule. Une mosquée voisine a également été endommagée et huit personnes ont été blessées.

La minorité chrétienne d'Égypte représente environ 10 % des 79 millions d'habitants du pays. Il s'agit de la plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient.

Ils sont fréquemment victimes de violences à caractère interconfessionnel. Le 6 janvier 2010, six coptes avaient été tués par des hommes armés à la sortie d'une messe.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters