•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mesures pour retenir les baby-boomers au travail

La présidente du Conseil du Trésor, Michelle Courchesne

La présidente du Conseil du Trésor, Michelle Courchesne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des modifications majeures aux régimes de retraite du secteur public québécois entrent en vigueur le 1er janvier. Le nombre maximal d'années de service pour le calcul de la rente de retraite passe de 35 à 38 ans.

En travaillant trois ans de plus, les fonctionnaires et enseignants qui partiront à la retraite pourront recevoir une prestation équivalant à 76 % du salaire admissible moyen, contre 70 % pour 35 ans de service.

La présidente du Conseil du Trésor du Québec, Michelle Courchesne, espère par cette mesure retenir une partie des baby-boomers qui vont massivement partir à la retraite.

Ça enlève de la pression sur le régime, parce que ces personnes-là vont cotiser 6 % de plus et, pendant qu'elles cotisent plus, on n'est pas obligés de leur payer leur rente mensuelle.

Une citation de :Michelle Courchesne

La ministre Courchesne estime que le tiers des futurs retraités pourraient choisir de travailler trois ans de plus, bien qu'elle ignore leur nombre précis. Selon elle, la mesure n'entraîne aucun coût pour les régimes de retraite et permet même de légères économies.

Hausses de taxes et tarifs

L'année 2011 sera marquée par une série de hausses de taxes et tarifs, tant au Québec qu'au Canada.

À partir de minuit, le 1er janvier 2011, la taxe de vente du Québec passe de 7,5 % à 8,5 %, avant de passer à 9,5 % le 1er janvier 2012.

De plus, chaque adulte devra payer une contribution santé de 25 $ à la production de sa déclaration de revenus. En 2012, la taxe passera à 100 $.

Les automobilistes feront eux aussi les frais de la lutte au déficit. Ils devront payer un cent de plus par litre d'essence en taxe d'accise à compter du 1er avril.

À cela s'ajoutent des hausses pour une foule de tarifs, allant de l'immatriculation au permis de conduire, au permis de pêche et au certificat de naissance.

Les contribuables pourront se consoler en consultant leur facture d'électricité. Les tarifs d'Hydro-Québec ne changeront pas, un rare répit pour clients de la société d'État.

Avec un reportage de Louiselle Lévesque

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !