•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2010 : l'année la moins meurtrière pour les civils irakiens depuis 2003

Un soldat irakien sur les lieux d'un attentat commis dans le quartier chiite de Sadr City (Bagdad, 2 novembre 2010).

Un soldat irakien sur les lieux d'un attentat commis dans le quartier chiite de Sadr City (Bagdad, 2 novembre 2010).

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/ Karim Kadim

Radio-Canada

Selon Iraq Body Count (IBC), le bilan des civils tués en Irak en 2010 est le moins élevé depuis 2003. Il s'élevait à 3976 morts au 25 décembre.

L'ONG internationale, basée au Royaume-Uni, croit à une tendance à la baisse depuis 2008. « Toute réduction du niveau de violence est à saluer, mais le ralentissement de cette baisse indique qu'un minimum infranchissable pourrait être atteint », nuance-t-elle toutefois.

IBC craint « la persistance dans les années à venir d'un conflit à faible échelle qui continue de tuer un nombre similaire de civils ». Elle constate aussi un ralentissement du rythme de réduction du nombre de morts civiles en Irak. En 2010, le bilan a reculé de 15 %, contre 50 % et 63 % au cours des deux années précédentes.

Un conseiller du premier ministre Nouri al-Maliki a déclaré voir « un signe positif » dans cette baisse, tout en ajoutant qu'elle n'était pas suffisante.

Le porte-parole du ministère irakien de la Défense, Mohamed al-Askari, croit que la sécurité s'est améliorée notamment grâce aux coups portés à la branche irakienne d'Al-Qaïda, dont plusieurs dirigeants ont été tués en 2010.

L'ambassade des États-Unis a pour sa part refusé de commenter l'exactitude du bilan d'IBC. « Si les violences demeurent un important défi pour le nouveau gouvernement, les statistiques reflètent la capacité grandissante des forces de sécurité irakiennes à apporter stabilité et sécurité aux citoyens irakiens », a déclaré le porte-parole de l'ambassade, David Ranz.

Bagdad et Mossoul, ville du nord du pays où le chef de la police a été assassiné, mercredi, restent les deux villes les plus violentes du pays, rapporte IBC.

Ce bilan d'IBC est inférieur à celui de 2009, qui avait été déclaré lui aussi le moins élevé depuis 2003. Il avait été révisé à 4680 morts civiles.

Le bilan de l'année 2010 sera actualisé le 1er janvier 2011. Il est toutefois supérieur à celui donné par les autorités irakiennes, qui recensent 2416 morts civiles au 1er décembre 2010.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !