•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Proudfoot, éternel combattant

proudfoot_honneur

Tony Proudfoot, au centre, et Mark Cohon

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Ce Noël est vraisemblablement le dernier pour l'ancien Alouette Tony Proudfoot. Sa lutte contre la maladie dégénérative et incurable de Lou Gehrig tire à sa fin après 4 ans. Mais sa lutte et son combat n'auront pas été vains.

Sa vie a basculé en 2007, quand il a appris qu'il était frappé par la maladie de Lou Gehrig. Espérance de vie : moins de 5 ans.

« Il se voit dépérir, il se voit mourir, il se voit ne plus marcher, ne plus respirer. Entre les deux oreilles, ça fonctionne plus que jamais », soutient Gabriel Grégoire, bon ami et ancien coéquipier de Proudfoot.

Tony Proudfoot a récemment publié une lettre dans le quotidien The Gazette. Un dernier message d'espoir, d'un guerrier qui n'a jamais voulu faire pitié.

« En ce moment, on a un débat si ça vaut la peine de vivre jusqu'à la fin. J'ai des Burns et des Proudfoot qui disent : "ben oui, ça vaut la peine! Sur mon lit de mort, il va y avoir un aréna et quand je suis en train de me battre avec une maladie, j'ai une fondation et on peut aider les autres." »

En moins de 5 ans, la Fondation Tony Proudfoot a amassé plus d'un demi-million de dollars pour la recherche.

Alouette pour toujours

tony_proudfootAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tony Proudfoot

Photo : La Presse canadienne / Arne Glassbourg

Proudfoot a été honoré par la Ligue canadienne en novembre, avant la finale de l'Est au stade olympique. Jusqu'à la fin, il est resté un Alouette.

L'ancien demi défensif a porté les couleurs de l'équipe dans les années 1970, avant de devenir entraîneur. Les agrafes sous les souliers à la Coupe Grey de 1977, c'était son idée.

Encore cette année, il conseillait les joueurs.

« Je pense que c'est une des raisons pourquoi notre unité défensive était si forte que ça, parce qu'ils voyaient Tony dans son état et se disaient : "si lui est capable de continuer, c'est beaucoup plus facile pour nous" », croit le président des Alouettes, Larry Smith, également un ancien coéquipier de Proudfoot.

Il a aussi commenté les matchs jusqu'à la limite de ses capacités.

Proudfoot, un enseignant en éducation physique au collège Dawson, n'a pas non plus hésité à secourir un étudiant lors de la fusillade de 2006. Le cégep a même rebaptisé le gymnase en son nom.

Un héros pour bien des gens et surtout, pour bien des raisons.

D'après un reportage d'Antoine Deshaies

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !