•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat lance un appel à Québec

Façade de l'usine d'Electrolux
Radio-Canada

Le syndicat de l'usine Electrolux de L'Assomption, qui fermera ses portes, dénonce l'inaction du gouvernement Charest dans ce dossier.

Le syndicat souhaite que le gouvernement mette plus d'énergie pour sauvegarder des emplois plutôt que de tenter de récupérer les subventions d'Investissement Québec. Le bras financier de la province a annoncé qu'il ferait tout pour récupérer les sommes qui ont été avancées à Electrolux.

David Chartrand, directeur de l'Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l'aérospatiale, trouve que la récupération des subventions est prématurée. Il juge que l'on devrait tenter de trouver des solutions et des incitatifs afin de conserver l'usine à L'Assomption.

Le ministre des Finances, Raymond Bachand, a répondu aux critiques du syndicat qui lui reproche son inaction dans ce dossier. Évaluant que la décision d'Electrolux est irrévocable, M. Bachand affirme que cette entreprise a manigancé sa décision dans le dos de tout le monde.

On va travailler avec le syndicat pour voir s'il y a des mesures ou des morceaux de l'usine qu'on peut récupérer.

Raymond Bachand

Reste que Québec ne veut pas se livrer à une surenchère pour retenir l'entreprise suédoise, car ce qui a été offert à Memphis, , au Tennessee, « ce sont des subventions à un niveau que les Québécois trouveraient déraisonnables et qui ne valent pas le coup », ajoute le ministre Bachand.

Amélioration du climat

La direction de la multinationale suédoise a annoncé le 14 décembre qu'elle transférera la production de l'usine de L'Assomption aux États-Unis au cours de 2012.

Depuis l'annonce, qui entraîne la perte de 1300 emplois au Québec, Electrolux a mis en place un dispositif de sécurité plus serré pour assurer la sécurité des installations, un dispositif qui inclut notamment l'embauche d'une firme de gardiens de sécurité spécialisée dans la gestion de conflits.

L'attitude des nouveaux gardiens - leur nombre était, par moments, jusqu'à six fois plus élevé que par le passé - a suscité des plaintes de la part des travailleurs, jugeant qu'ils sont zélés.

Réagissant aux plaintes, Electrolux s'est entendu avec le syndicat, mardi, afin de revenir aux mesures de sécurité qui étaient en place avant l'annonce de la semaine dernière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !