•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ONU lance un groupe d'experts sur la biodiversité

corail-espece

Une nouvelle espèce de corail (anthomastid en anglais) photographiée à 1700 mètres de profondeur.

Photo : Advanced Imaging and Visualization Laboratory

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après le Groupe international d'experts sur le climat, un nouveau GIEC voit le jour.

L'Assemblée générale de l'ONU a voté lundi la création d'un groupe d'experts sur la biodiversité, afin de prévenir et d'enrayer l'extinction de diverses espèces vivantes.

Ce GIEC devrait favoriser les échanges de connaissances entre les scientifiques et les décideurs politiques afin de mettre en place des mesures concrètes et rapides pour préserver la biodiversité de la planète. L'organisme onusien vise aussi à sensibiliser le public.

On s'attend d'ici 100 ans si rien ne change à l'extinction des espèces de 12 % des oiseaux, de 25 % des mammifères et de 32 % des amphibiens.

Source : Évaluation des écosystèmes pour le Millénaire (2005)

L'ONU a nommé ce nouveau groupe l'IPBES, soit Plateforme scientifique et politique intergouvernementale sur la biodiversité et les services de l'écosystème.

Les Nations unies doivent l'idée d'une telle plateforme à la France, qui l'avait proposée il y a cinq ans, pendant une conférence internationale à Paris sur la biodiversité et la gouvernance. Depuis, la proposition de l'IPBES avait obtenu l'appui de l'Union européenne et de l'Union africaine.

La biodiversité menacée ne se limite pas à des espèces spécifiques, mais à des écosystèmes entiers, qui profitent à l'homme.

Par exemple :

  • Le dépérissement de vastes zones de forêt amazonienne
  • La modification de nombreux lacs d'eau douce envahis par des algues qui tuent les poissons
  • La destruction de récifs coralliens par l'acidité des océans, la surpêche, etc.


  • Source : Convention sur la diversité biologique, Programme des Nations unies pour l'Environnement

Un premier pas a donc été franchi par la création de l'IPBES. Pour la véritable naissance de l'organisme, il faudra attendre une rencontre spéciale qui aura lieu en février 2011, à Nairobi, au Kenya.

Les ministres de l'Environnement de divers pays s'y rencontreront pour décider de l'organisation d'une première réunion plénière de l'IPBES, prévue pour juin 2011. Ils statueront aussi sur le pays qui abritera le secrétariat de l'IPBES et les modalités de fonctionnement de la plateforme.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !