•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pratiques de Visa et MasterCard dénoncées

Carte de débit

Une carte de débit (archives)

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Elaine Thompson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Bureau de la concurrence dépose une demande au Tribunal de la concurrence visant à faire abolir les règles « contraignantes et anticoncurrentielles » imposées par Visa et MasterCard aux commerçants qui acceptent leurs cartes de crédit.

Les sociétés émettrices de cartes de crédit facturent aux commerçants entre 1,5 et 3 % de la somme des achats réalisés au moyen de leur carte.

Visa et MasterCard obligent toutefois les détaillants à offrir les mêmes prix à ceux qui payent à l'aide d'une carte de crédit qu'à ceux qui payent comptant ou à l'aide d'une carte de débit.

Les frais imposés à l'utilisation des cartes de crédit sont donc répartis sur l'ensemble des achats en magasin, ce qui fait que tous les consommateurs payent plus cher leurs produits, peu importe la méthode de paiement, précise Melanie Aitken, commissionnaire de la concurrence.

On estime que les commerçants canadiens paient environ 5 milliards de dollars chaque année en frais de carte de crédit cachés.

Une citation de :Melanie Aitken, commissaire de la concurrence

Le Bureau de la concurrence donne pour exemple les frais d'utilisation de cartes de crédit de 3 % perçus sur un ensemble de pneus d'hiver à 400 $, qui s'élèvent à 12 $, tandis qu'il en coûterait 12 ¢ pour ce même achat effectué par carte de débit.

Selon le Bureau de la concurrence, c'est près du double de ce que paient les détaillants d'Europe et d'Australie mais un peu moins que ce que doivent débourser les marchands américains en frais de cartes de crédit.

MasterCard soutient quant à elle que si les détaillants devaient imposer des frais uniquement aux usagers de cartes de crédit, ceci serait discriminatoire envers ces derniers.

Don Lebeuf, vice-président des services à la clientèle de MasterCard affirme que la suggestion du Bureau de la concurrence mettrait le chaos dans un système de paiement qui fonctionne bien à l'heure actuelle.

Visa et MasterCard ont traité plus de 90 % de toutes les opérations sur carte de crédit effectuées par les consommateurs canadiens en 2009, selon le Bureau de la concurrence.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !