•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bras de fer entre Québec et les producteurs agricoles

L'abattoir Levinoff-Colbex
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Québec menace de ne pas accorder un prêt de 20 millions de dollars, nécessaire à la survie de l'abattoir Levinoff-Colbex, à Saint-Cyrille-de-Wendover, si aucune entente n'est conclue pour lever l'interdiction de circuler dans les sentiers de motoneige.

Selon le ministre du Développement économique, Clément Gignac, le moyen de pression exercé par l'Union des producteurs agricoles (UPA) pour contester les compressions dans l'assurance agricole pourrait engendrer des pertes allant jusqu'à 20 millions de dollars pour l'industrie touristique.

Or, c'est justement la somme dont a besoin l'abattoir Levinoff-Colbex, qui appartient à la Fédération des producteurs de bovins du Québec, pour poursuivre ses activités. L'usine, qui emploie quelque 200 personnes, a perdu environ 12 millions de dollars au cours des deux dernières années.

Le président du conseil d'administration de l'abattoir, Bruno Letendre, estime que l'usine est prise en otage. « Il [le gouvernement du Québec] se sert de l'abattoir pour faire des pressions sur l'Union des producteurs agricoles. J'ai de la difficulté avec ça, un peu. »

De son côté, le ministre Clément Gignac déplore l'attitude de l'UPA. « J'ai beaucoup de difficulté à accepter qu'une fédération donne un mot d'ordre pour prendre en otage une autre industrie pour régler ses problèmes avec le gouvernement », soutient-il.

Le temps est toutefois compté, puisque l'abattoir pourrait fermer ses portes dès cette semaine si aucune entente n'est conclue avec le gouvernement au cours des prochains jours.

Québec se dit prêt à faire preuve de souplesse si le dossier progresse.

« Il faut qu'on ait un signal qu'il va y avoir de la motoneige dans les sentiers [...] dans le temps des Fêtes. C'est le gros de la saison, c'est là que ça se passe. »

— Une citation de  Clément Gignac, ministre du Développement économique

L'abattoir Levinoff-Colbex, le dernier abattoir de bovins de la province, abat environ 3000 vaches de réforme et 200 bouvillons par semaine, dont la moitié proviennent du Québec.

Des mesures décriées

Les producteurs agricoles dénoncent depuis le printemps la mesure d'amélioration de l'efficacité imposée par la Financière agricole. Cette mesure fait en sorte que le quart des producteurs les moins efficaces sont éliminés du calcul de la moyenne pour établir le montant des compensations financières de l'Assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA).

Celles-ci sont versées dans le cas de pertes ou de coûts de production plus élevés que prévu. Selon l'UPA, cette nouvelle mesure, qui n'est pas encore en place, diminuerait de 80 millions de dollars les revenus des agriculteurs.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !