•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jour 1 des audiences publiques

La centrale Gentilly-2 à Bécancour
La centrale Gentilly-2 à Bécancour
Radio-Canada

La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) se penche sur la demande d'Hydro-Québec de prolonger le permis d'exploitation de la centrale nucléaire Gentilly-2, d'abord pour six mois, puis pour cinq ans, donnant ainsi l'aval à la réfection du réacteur.

Pour une rare fois, la direction de la centrale a parlé ouvertement des problèmes à la centrale nucléaire. Lors du jour 1 des audiences publiques tenues vendredi, il a été question des irrégularités, des lacunes et des problèmes techniques survenus ces derniers mois à Gentilly-2.

En 2009, la dose de rejets atmosphériques a été plus importante que par le passé. En 2010, le taux d'accidents de travail a dépassé les niveaux de 2006 à 2009. Toutefois, les évènements qualifiés de « rapportables » par Hydro-Québec sont restés stables depuis 2007.

De son côté, la commission a réalisé sa propre enquête et a répertorié 32 lacunes, dont quatre sont jugées majeures. Beaucoup de questions sur les aspects de la sécurité ont été soulevées au cours de l'audience.

Pour leur part, les environnementalistes remettent en question le travail de la commission qui a déjà fait savoir dans un document publié en novembre dernier que son personnel recommande de modifier le permis existant à la centrale.

La commission doit rendre sa décision officielle avant le 31 décembre prochain au sujet du prolongement du permis. Enfin, les commissaires devront rendre leur décision sur la réfection un mois après le jour 2 des audiences publiques, qui se tiendront en avril prochain.