•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un allié appelé aspirine

Prise d'aspirine

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une petite quantité d'aspirine chaque jour réduirait considérablement le risque de mortalité lié à un certain nombre de cancers comme ceux du côlon, du poumon, de la prostate et de l'oesophage.

L'acide acétylsalicylique est le médicament le plus couramment consommé sur la planète et son efficacité contre la fièvre, la douleur et l'inflammation et comme anti-agrégant plaquettaire était déjà connu.

Le Pr Peter Rothwell et ses collègues de l'Université d'Oxford ont étudié les décès dus à tous les cancers survenus pendant et après des essais comparant des patients qui prenaient tous les jours de l'aspirine à ceux qui n'en prenaient pas. En fait, ces essais concernaient d'abord la prévention cardiovasculaire et non le cancer.

Les auteurs ont ainsi étudié le dossier de 25 570 patients.

Les résultats montrent que prendre de l'aspirine quotidiennement pendant 5 à 10 ans réduit la mortalité, toutes causes confondues d'environ 10 % durant cette période.

Sur 20 ans, leur analyse montre que la réduction du risque de décès par cancer est d'environ :

  • 10 % pour le cancer de la prostate
  • 40 % pour le cancer colorectal
  • 30 % pour celui du poumon
  • 60 % pour le cancer de l'oesophage

Dans les deux derniers cas toutefois, le bénéfice est limité à une catégorie de tumeurs dites adénocarcinomes.

Le Pr Rothwell estime qu'un traitement à faibles doses d'aspirine de 20 à 30 ans entamé vers la fin de la quarantaine ou à la cinquantaine pourrait être bénéfique.

Ces résultats ne veulent pas dire que tous les adultes doivent entreprendre un traitement quotidien, mais ils montrent de nouveaux bénéfices pour l'aspirine.

Pr Peter Rothwell

Les auteurs pensent que d'autres études doivent maintenant être réalisées pour évaluer l'impact de l'aspirine sur les cancers féminins.

Le détail de cette étude est publié dans The Lancet.

En octobre dernier, des travaux montraient que l'aspirine prise à faible dose (75 mg par jour) à long terme permettait de réduire de plus d'un tiers les taux de mortalité par cancer du côlon.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !