•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ingénieurs remettent en doute le tracé

Le tracé de la future ligne de transmission d'électricité Bipole III au Manitoba.

Le tracé de la future ligne de transmission d'électricité Bipole III au Manitoba.

Radio-Canada

Un groupe d'ingénieurs à la retraite, parmi lesquels trois anciens vice-présidents d'Hydro-Manitoba, réclame que la ligne de transmission Bipole 3 passe à l'est du lac Winnipeg.

En juillet dernier, Hydro-Manitoba annonçait que le tracé de sa future ligne de transmission d'électricité passerait à l'ouest des lacs Winnipeg et Manitoba. Trois tracés passant à l'ouest du lac Winnipeg étaient à l'étude depuis que le gouvernement du Manitoba avait rejeté, en 2007, une construction à l'est en raison de la présence de la forêt boréale et de réserves autochtones.

Dix-neuf ingénieurs ont signé une lettre ouverte exhortant le gouvernement à changer son fusil d'épaule. Un des signataires, Will Tishinski, va même jusqu'à inviter les Manitobains à voter contre le NPD aux prochaines élections. Cet ancien vice-président d'Hydro-Manitoba entend défaire le gouvernement Selinger pour modifier le tracé de la ligne hydroélectrique Bipole 3.

Dans cette lettre ouverte, les signataires invoquent les coûts du tracé à l'ouest, des problèmes de fiabilité, mais aussi l'aspect environnemental. L'impact sur l'environnement sera pire si la ligne passe à l'ouest puisqu'elle sera plus longue, affirme M. Tishinski.

L'argument principal du gouvernement provincial de vouloir préserver le site à l'est du lac pour obtenir qu'il soit classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO est lui aussi remis en question.

Selon les signataires, certains sites reconnus comme tels contiennent des lignes de retransmission électriques. L'UNESCO se fait de plus en plus sévère sur la question, réplique quant à elle la ministre responsable chargée de l'application de la Loi sur l'Hydro-Manitoba, Rosann Wowchuck.

Récemment, certains gouvernements ont dû modifier le tracé de leurs lignes électriques, selon. Mme Wowchuck ajoute que son ministère fonde sa décision de faire passer la ligne à l'ouest sur des études réalisées pendant trois ans et qu'elle persiste à s'y fier.

D'autres opposants au tracé ouest s'étaient manifestés lors d'une réunion d'information qui s'était tenue en novembre à Winnipeg.