•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des sapins de Noël qui dureront plus longtemps

Des branches de sapins

Photo : Nova Scotia Agricultural College

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La chute des aiguilles de sapins a été expliquée par des chercheurs néo-écossais et québécois, qui estiment qu'il existe deux façons de doubler la durée de conservation de ces arbres décoratifs d'intérieur.

Les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Tree ont découvert qu'une hormone végétale appelée éthylène est la grande responsable de la perte des aiguilles du sapin baumier.

Pour l'établir, ils ont placé le bout de branches de sapin dans des contenants d'eau. Ces branches ont commencé à produire de l'éthylène dans les dix jours et, trois jours plus tard, des aiguilles ont commencé à tomber. Les branches étaient complètement dégarnies après 40 jours.

Afin de montrer le lien entre la perte des aiguilles et l'éthylène, les chercheurs ont utilisé deux composés chimiques qui interfèrent avec cette hormone (1-MCP et l'AVG). Ainsi, après exposition à l'un ou l'autre de ces produits, la durée de rétention des aiguilles est passée à 73 et 87 jours.

Au quarantième jour, les branches qui avaient été traitées étaient encore vertes, tendres et fraîches, alors que les branches non traitées avaient pratiquement perdu toutes leurs aiguilles.

Steeve Pépin, Université Laval

Cette nouvelle connaissance aura des retombées pour les producteurs de sapins de Noël et les consommateurs. La substance 1-MCP étant un gaz, il serait possible de la libérer dans les remorques de camions qui transportent les sapins. Il sera aussi possible de dissoudre de l'AVG dans l'eau d'arrosage du sapin et ainsi en prolonger la durée de conservation.

Nous sommes parvenus à doubler la durée de rétention des aiguilles sur les branches, ce qui est déjà très encourageant.

Steeve Pépin

Les chercheurs soutiennent qu'ils doivent maintenant s'assurer que leurs résultats puissent être transposés à l'arbre entier.

Cette recherche a été réalisée au Collège d'agriculture de la Nouvelle-Écosse. Une équipe de recherche de l'Université Laval a collaboré au projet.

Le saviez-vous?

En 2008, les ventes de sapins de Noël ont atteint 65 M$ au Canada. La moitié du chiffre d'affaires a été généré par l'exportation de quelque 1,8 million d'arbres vers les États-Unis, le Mexique, l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !