•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle plante pousse dans les prairies

Un champ de cameline

Un champ de cameline

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après le canola, l'huile de cameline, une autre plante qui pousse dans les Prairies, intéresse de plus en plus les producteurs de biocarburant.

Pour l'instant, à peine 20 000 hectares de cameline sont cultivés au Canada, mais le potentiel énergétique de l'huile de cameline pour faire voler des avions fait rêver les fermiers.

Des centaines de fermiers des Prairies canadiennes et des États-Unis espèrent que cette oléagineuse sera une culture très profitable dans l'avenir. Les récoltes n'ont débuté que début octobre dans le sud-ouest de la Saskatchewan, retardées par un été très pluvieux.

Deux entreprises américaines séduites

La cameline n'était pratiquement pas cultivée au Canada avant 2007. Pourtant, son histoire remonte à plus de 3 000 ans. La plante était alors cultivée dans les champs d'Europe centrale pour son huile comestible.

Il y a une dizaine d'années, deux entreprises américaines ont été séduites par le potentiel de la cameline dans la production de biocarburant. Great Plains et Sustainable Oils découvrent que l'huile de la plante, très riche en antioxydants, possède toutes les caractéristiques nécessaires à la production de biodiesel. Une centaine de fermiers américains signent des contrats de production

La société Great Plains vise l'industrie du transport routier. D'ici la fin décembre, 2 % du diesel vendu au Canada devra provenir de sources renouvelables. Sustainable Oils, de son côté, s'intéresse aux transporteurs aériens poussés, eux aussi, à réduire leur impact sur l'environnement.

D'ailleurs, l'Union européenne oblige les transporteurs aériens qui font escale en Europe à réduire de 5 % leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2013. Sustainable Oils est convaincue que la cameline est une source idéale de biocarburant pour les avions à réaction.

La Saskatchewan investit plus d'1 million de dollars

Le gouvernement de la Saskatchewan a constaté le potentiel agricole de la cameline et a investi depuis 2007 plus d'un million de dollars pour promouvoir la cameline auprès des fermiers. « La cameline possède des qualités uniques : elle est résistante à la sécheresse et à la chaleur, elle pousse rapidement et ses gousses tolèrent bien les chocs », explique un spécialiste des plantes oléagineuses, Venkata Vakulabharanam.

Sustainable Oils a déjà conclu une entente avec 14 transporteurs aériens, dont Air Canada. D'ici 2012, l'entreprise compte fournir 750 millions de litres de biocarburant à base de cameline par année aux transporteurs aériens qui font escale à l'aéroport de Seattle-Tacoma.

L'an dernier, plus de 20 000 hectares de cameline ont été cultivés au Canada et plus de 30 000 aux États-Unis, du jamais vu. La chute du prix du diesel a entraîné une baisse du nombre d'hectares cette année, mais les promoteurs de la culture ne s'inquiètent pas.

Certains analystes prédisent que plus de 5 millions d'hectares de cameline pourraient être cultivés par année en Amérique du Nord d'ici 2025, en raison de la demande accrue pour les biocarburants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !