•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nomination de Gérard Szaraz bien accueillie

Forêt boréale en hiver
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nouveau forestier en chef, Gérard Szaraz, qui entrera en fonction le 20 décembre, est considéré comme l'homme tout désigné pour implanter le nouveau régime forestier par plusieurs groupes au Québec et au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le directeur général de la Fédération des coopératives forestières du Québec, Jocelyn Lessard, a travaillé avec M. Szaraz et souligne que le prochain forestier en chef a une perspective durable de l'exploitation forestière. « Les Québécois peuvent être rassurés d'avoir quelqu'un comme lui à ce poste parce qu'il a beaucoup de compétences et une vision très large de la foresterie », croit M. Lessard.

De son côté, l'organisme Nature Québec mentionne que la nomination de M. Szaraz constitue une bouffée d'air frais pour la foresterie québécoise.

Le groupe est cependant d'avis que le forestier en chef aura tout un défi à relever et devra mettre les bouchées doubles pour rehausser la crédibilité de son poste en raison de l'héritage peu reluisant du titulaire sortant, Pierre Levac.

Pour sa part, le député péquiste de Roberval, Denis Trottier, espère que le gouvernement laissera à Gérard Szaraz la marge de manoeuvre dont il aura besoin. « Il y a beaucoup de monde qui souhaitait que le forestier en chef soit nommé par l'Assemblée nationale, dit-il. Ça lui aurait donné une liberté beaucoup plus grande. »

À Roberval, le maire Michel Larouche aurait souhaité que le prochain forestier en chef ait l'obligation de déménager dans la municipalité, où se trouve le bureau principal de l'organisation.

M. Larouche affirme malgré tout que la présence du bureau du forestier en chef à Roberval représente des retombées économiques non négligeables. « Il y a quand même des emplois permanents, tout près de 17 personnes qui sont ici au bureau de Roberval », soutient-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !