•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sainte-Thérèse sous la loupe des vérificateurs

L'hôtel de ville de Sainte-Thérèse
Radio-Canada

Après les villes de Mascouche, Saint-Jérôme et Terrebonne, c'est au tour de Sainte-Thérèse de recevoir la visite de l'équipe spéciale de vérificateurs du ministère des Affaires municipales.

Les enquêteurs doivent passer à la loupe le processus d'attribution de contrats dans la municipalité au nord de Montréal.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, c'est le système d'attribution des contrats de génie-conseil à la ville de Sainte-Thérèse qui intéresse particulièrement les vérificateurs du gouvernement du Québec.

95 % des contrats à Dessau

Annick HupperetzAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Annick Hupperetz, chef de Vision Action Sainte-Thérèse

L'opposition, qui a des doutes sur l'intégrité du processus, a parcouru les contrats octroyés par la Ville au cours des huit dernières années. « C'est incroyable la quantité de contrats accordés à la même firme de génie-conseil », a déclaré à Radio-Canada Annick Hupperetz, chef de Vision Action Sainte-Thérèse.

Selon les recherches effectuées par son parti, pas moins de 95 % des contrats ont été accordés à la firme de génie-conseil Dessau.

Il est vrai que Dessau et ses filiales COGEMAT, LVM Technisol et Groupe Gauthier, devenues depuis PLANIA, obtiennent beaucoup de contrats à Ste-Thérèse. Les contrats sont obtenus par appel d'offres ou par entente de gré à gré. Ces firmes ont même un bureau à Sainte-Thérèse.

Le groupe Dessau et ses filiales.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Groupe Dessau et ses filiales auraient décroché 95% des contrats de génie consiel à Sainte-Thérèse, selon l'opposition.

Un quasi-monopole qui suscite des questions dans les rangs de l'opposition. « Elle est où la concurrence? », demande Annick Hupperetz. « Qu'est-ce qui me garantit, moi, qu'on a le meilleur prix pour les contrats s'il y en a pas d'autres qui peuvent venir travailler dans la ville? », s'interroge la chef de Vision Action Sainte-Thérèse.

Toutes les règles sont respectées, affirme la mairesse

La mairesse de Sainte-Thérèse, Sylvie SurprenantAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La mairesse de Sainte-Thérèse, Sylvie Surprenant

À l'hôtel de ville, la mairesse Sylvie Surprenant affirme n'avoir rien à cacher aux vérificateurs. « La ville de Ste-Thérese a toujours eu beaucoup de rigueur, de transparence, respecté à la lettre l'ensemble des règles », a-t-elle assuré à la journaliste de Radio-Canada Anne Panasuk.

Mais les liens étroits entre la ville et le groupe Dessau soulèvent aussi d'autres questions. Par exemple, après avoir occupé pendant 10 ans les fonctions de directeur général de la ville, Serge Perras est devenu directeur de projets majeurs chez Dessau.

Dans une entrevue téléphonique, M. Perras a expliqué qu'il ne voyait aucun problème d'éthique dans ce changement de travail. Même discours du côté de la mairesse Surprenant : « C'est son choix personnel d'aller travailler chez Dessau. Est-ce que je dois me poser des questions là-dessus? », nous a déclaré la mairesse.

À la firme de génie-conseil Dessau, on nous a dit ne pas être au courant de la vérification que mène le ministère des Affaires municipales à Sainte-Thérèse.

Rappelons que le groupe Dessau a fait les manchettes ces dernières années, notamment par son implication dans la controverse des compteurs d'eau à Montréal.

Cet automne, la Sûreté du Québec a également perquisitionné dans les locaux de la filiale PLANIA lors de son enquête sur le scandale des terrains du Faubourg Contrecoeur.

D'après un reportage d'Anne Panasuk