•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick aidera des patients à obtenir le traitement Zamboni

Le cerveau humain
Photo: iStockphoto
Radio-Canada

Le nouveau premier ministre conservateur du Nouveau-Brunswick, David Alward, s'est engagé à investir 500 000 $ dans un fonds destiné à aider les patients atteints de sclérose en plaques qui souhaitent obtenir des traitements, incluant celui, controversé, du Dr Paolo Zamboni.

Cette annonce survient quelques jours après le décès d'un Ontarien qui avait subi le traitement Zamboni au Costa Rica.

Le premier ministre affirme toutefois que ce traitement est prometteur pour ceux qui souffrent de sclérose en plaques. Il a déclaré que plusieurs personnes lui avaient fait parvenir des courriels pour lui demander de soutenir le traitement.

« Ce qui est arrivé est évidemment malheureux. Mais en même temps, j'ai rencontré des gens dont la vie a changé de façon positive grâce à la décision qu'ils ont prise », a déclaré David Alward.

Une étude sur le traitement du Dr Zamboni

Le ministère de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador a annoncé pour sa part que 10 personnes atteintes de la sclérose en plaques avaient accepté de prendre part à une étude sur le traitement controversé du Dr Zamboni. Huit d'entre elles subiront le traitement, tandis que 30 sont nécessaires pour mener l'étude à terme, selon le ministère.

L'étude vise à déterminer l'impact de la « procédure de libération » sur l'état physique et mental des patients.

La « procédure de libération » a été mise au point par le médecin italien Paolo Zamboni, qui associe la sclérose en plaques à une maladie vasculaire traitable par une simple chirurgie.

Le gouvernement de la Saskatchewan avait d'ailleurs annoncé, en octobre dernier, l'octroi de 5 millions de dollars pour des essais cliniques reliés à ce traitement.

Avec les informations de La Presse canadienne