•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abbas refuse un gel de la colonisation qui n'inclut pas Jérusalem

Le négociateur palestinien Saeb Erekat (à gauche ) à côté du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une conférence de presse au Caire, à la suite de leur rencontre avec le président égyptien, Hosni Mubarak, le 21 novembre 2010.

Le négociateur palestinien Saeb Erekat (à gauche ) à côté du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une conférence de presse au Caire, à la suite de leur rencontre avec le président égyptien, Hosni Mubarak, le 21 novembre 2010.

Photo : AFP / Khaled Desouki

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Autorité palestinienne ne retournera à la table des négociations que si un gel de la construction de colonies comprend à Jérusalem-Est.

C'est ce qu'a déclaré le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, dimanche au Caire, à l'issue d'un entretien avec le président égyptien Hosni Moubarak.

« Nous n'accepterons pas d'offre pour une reprise des négociations si le gel de la colonisation n'est pas global, c'est-à-dire s'il n'inclut pas Jérusalem. [...] Si Israël veut revenir aux activités de colonisation, nous ne pouvons pas continuer. Il faut que le gel de la colonisation englobe tous les territoires palestiniens et en premier lieu la ville de Jérusalem », a-t-il ajouté.

Les négociations de paix israélo-palestiniennes sont actuellement dans l'impasse. Relancées le 2 septembre, elles ont échoué quelques semaines plus tard, lorsqu'Israël a refusé de prolonger un moratoire sur les constructions de nouveaux logements, qui avait expiré fin septembre, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Les Palestiniens attendent maintenant le résultat des démarches américaines auprès d'Israël.

Le 14 novembre dernier, Benjamin Nétanyahou a présenté à son conseil des ministres un plan américain destiné à relancer les négociations de paix avec les Palestiniens. Il s'agit toutefois d'une proposition qui n'est pas encore finale. Le plan prévoit notamment un moratoire de 90 jours des constructions juives en Cisjordanie, qui n'inclurait pas Jérusalem-Est. En échange, Washington garantirait à Israël plusieurs mesures de soutien politique et militaire.

Le président de l'Autorité palestinienne a déclaré qu'il n'avait reçu aucune demande de reprise des pourparlers de la part des États-Unis.

« Jusqu'ici, rien d'officiel n'est parvenu de l'administration américaine, ni à nous ni aux Israéliens, que nous puissions commenter », a dit M. Abbas.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !