•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pape admet l'usage du préservatif «dans certains cas»

Le pape Benoît XVI

Le pape Benoît XVI

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour la première fois, un pape admet qu'on peut utiliser le préservatif « dans certains cas », notamment pour empêcher la propagation de maladies sexuellement transmissibles.

« Il peut y avoir certains cas justifiés, par exemple quand une prostituée utilise un préservatif », a déclaré Benoît XVI, lors d'un entretien avec un journaliste allemand, en juillet dernier, et dont le livre sera publié mardi.

Selon le chef de l'église catholique, l'utilisation du préservatif « peut être un premier pas vers une moralisation, un début de responsabilité permettant de prendre à nouveau conscience que tout n'est pas permis et que l'on ne peut pas faire tout ce que l'on veut ».

Mais s'il entrouvre la porte à l'utilisation du préservatif, Benoît XVI tient à préciser que « ce n'est pas le véritable moyen de vaincre l'infection du VIH ». Selon lui, « se concentrer uniquement sur le préservatif revient à banaliser la sexualité ».

Jusqu'à maintenant, le Vatican s'était toujours opposé à toute forme de contraception autre que l'abstinence, réprouvant même l'utilisation du préservatif pour prévenir la transmission de maladies.

Benoît XVI avait d'ailleurs provoqué toute une polémique en 2009, en déclarant, lors d'un voyage au Cameroun et en Angola, que l'utilisation du préservatif « aggravait » le problème du sida, qui dévaste l'Afrique.

Les extraits du livre du journaliste Peter Seewald - Lumières du monde - ont été publiés samedi dans le quotidien L'Osservatore Romano, un organe du Vatican.

Il s'agit du premier livre d'entretiens depuis que Joseph Ratzinger est devenu pape en 2005. Le livre sera traduit en 18 langues.

« Un pas en avant significatif », selon l'ONUSIDA

Le directeur du programme ONUSIDA, lancé par les Nations unies pour lutter contre la propagation du virus du sida, a salué le geste de Benoît XVI. « C'est un pas en avant significatif et positif aujourd'hui du Vatican. Cette avancée reconnaît qu'un comportement sexuel responsable et l'usage du préservatif ont un rôle important dans la prévention du VIH-sida », a déclaré dans un communiqué Michel Sidibé.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !