Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une milice patriotique se donne pignon sur rue

Le drapeau de la milice québécoise
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une organisation se présentant comme la Milice patriotique québécoise a ouvert un magasin et un centre de recrutement dans un local de la rue Sainte-Catherine Est, à Montréal.

La milice est une sorte de force militaire auxiliaire ou de réserve. Elle existe depuis environ 10 ans et compte quelques dizaines de membres réguliers et des centaines de partisans. Elle dit ne pas prôner la violence.

Serge Provost, un menuisier-charpentier, est major de cette organisation qui se présente comme une organisation de défense territoriale.

Il explique qu'il s'agit d'une « organisation de civils qui s'entraînent à aller chercher un côté supérieur au niveau de la forme physique » en ce qui concerne ses capacités de combat. Il ajoute qu'elle pourrait aussi être en mesure « d'aider une partie de la population dans le cas d'une calamité naturelle ».

Le magasin servira à financer ses activités en vendant du matériel militaire. Aucune arme n'est cependant à vendre. La milice désire aussi recruter au cours de la prochaine année 150 nouveaux membres et leur offrir de la formation théorique, comme des cours de secourisme.

Avec l'ouverture de ce local, Serge Provost affirme qu'il veut que le public découvre son organisation paramilitaire pour mettre fin, selon lui, aux préjugés dont il se dit souvent victime.

De la formation pratique est aussi offerte lors de camps d'entraînement en forêt. De plus, ce groupe a également entrepris des démarches pour ouvrir son propre centre de tir.

Serge ProvostSi on veut défendre le peuple, puis il y a des personnes qui nous agressent, on n'a pas le choix d'utiliser les mêmes armes qu'eux pour être capables de les repousser.

Serge Provost

Ce projet fait réagir certains indépendantistes québécois, comme le président de la Société Saint-Jean Baptiste, Mario Beaulieu.

Quand on se présente comme étant à la défense du peuple québécois et du territoire contre d'éventuelles attaques, là, je pense qu'il y aurait lieu de préciser la mission.

Une citation de :Mario Beaulieu

L'organisation est connue des milieux policiers, mais des sources internes affirment à Radio-Canada qu'elle n'est pas considérée comme menaçante.

D'après un reportage d'Éric Plouffe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !