•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le livre numérique de plus en plus populaire

Le Kindle d'amazon

Le Kindle d'Amazon

Photo : La Presse canadienne / Mark Lennihan

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Bien que le livre numérique en soit encore à ses premiers balbutiements au Québec, de plus en plus d'éditeurs se convertissent pour offrir des oeuvres en format électronique.

Jusqu'à l'an dernier, peu de nouveautés étaient disponibles en ligne, mais l'édition 2010 du Salon du livre de Montréal montre un intérêt accru des amateurs de lecture - et des auteurs - pour cette nouvelle façon de lire.

« Tu peux emmagasiner 3300 livres. Tu te promènes avec ta librairie au complet sur toi », explique Michel Tremblay.

L'écrivain québécois a fait l'acquisition d'un appareil Kindle il y a deux ans et, depuis, il ne s'en sépare jamais. Il apprécie surtout la possibilité de grossir les caractères et de les mettre en gras. « Depuis quelques années, il y a beaucoup de livres que je n'achète pas parce que c'est écrit trop petit. Je suis une vieille personne maintenant, ma vue baisse! »

Ses oeuvres ne sont pourtant pas encore disponibles en format électronique, puisque son éditeur, Leméac, a choisi d'attendre avant de se convertir.

« Un éditeur peut se dire : je vais dépenser quelques milliers de dollars et je vais avoir quoi comme retombées? Il peut peut-être se dire qu'aujourd'hui, ça ne sera pas immédiatement rentable », soutient Daniel Desjardins, président du Comité numérique de l'Association nationale des éditeurs de livres. L'Association a d'ailleurs lancé, en 2009, un site qui propose quelque 3500 titres. 8900 ventes ont été conclues à ce jour.

Jelis.ca, une bibliothèque virtuelle québécoise, a enregistré le mois dernier une augmentation de 45 % dans ses ventes, par rapport à la même période l'an dernier. Plus d'une cinquantaine de livres sont ajoutés chaque semaine, dont un nombre grandissant de nouveautés.

Denis Pascal, vice-président au groupe vente au détail du Groupe Archambault, précise que la part du livre numérique est encore petite sur le marché. « Au Canada, c'est 3 %. Aux États-Unis, c'est maintenant 9 %. Au Québec, on parle d'un marché qui est en deçà de 1 %. »

Si le livre numérique peut en effrayer certains, plusieurs lecteurs, de plus en plus jeunes, sont néanmoins séduits par cette nouvelle manière de lire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !