•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ben Bernanke défend son plan de 600 milliards

Ben Bernanke entouré de ses homologues brésilien et européen.

Ben Bernanke entouré de ses homologues brésilien et européen.

Photo : AFP / KAI PFAFFENBACH

Radio-Canada

Le président de la Réserve fédérale (FED) Ben Bernanke défend devant des banquiers européens son plan d'injecter 600 milliards dans l'économie américaine pour relancer la croissance et l'emploi.

Dans son discours en Allemagne, le patron de la FED a d'ailleurs rappelé que le Congrès et le gouvernement prévoyaient proposer de nouvelles mesures de relance économique. Ben Bernanke croit que le taux de chômage pourrait quand même grimper à court terme aux États-Unis.

La Réserve fédérale estime « que le meilleur moyen de continuer à assurer la solidité des bases économiques qui soutiennent la valeur du dollar, de même que de soutenir la reprise mondiale passe par des mesures qui mèneront au retour d'une croissance solide dans un environnement de prix stables aux États-Unis », selon le texte du discours de Ben Bernanke.

Il a aussi plaidé pour une coopération économique internationale, laissant entendre qu'il y avait lieu d'améliorer les relations internationales. C'est ce qui expliquerait la reprise mondiale à deux vitesses.

Le plan américain a été dénoncé par l'Allemagne et la Chine notamment lors du sommet du G20 en Corée du Sud. Un plan qui fait chuter la valeur de la devise américaine et monter les autres. Le carnet de Gérald Fillion revient sur cette question.

Crise financière en Irlande

Il n'y pas que les propos de Ben Bernanke qui ont retenu l'attention à Francfort dans le cadre d'une conférence organisée par la Banque centrale européenne. Les grands noms du système financier ont fait le point sur la crise de l'endettement de l'Irlande qui provoque de l'incertitude en Europe.

Le directeur du Fonds de stabilité Klaus Regling a tenté de calmer les marchés en précisant que le risque d'un défaut de paiement d'un pays de la zone euro était surestimé.

Il a par ailleurs précisé que si l'Irlande avait besoin de fonds, elle devrait l'obtenir sans problème.