•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Greg Selinger veut renverser la vapeur à Thompson

Cheminée de la fonderie de Vale Inco à Sudbury

Photo : Radio-Canada/Yvon Thériault

Radio-Canada

Le premier ministre de la province et deux de ses ministres se sont rendus à Thompson mercredi soir pour tenter de convaincre Vale de ne pas mettre fin à ses activités de fusion et de raffinage.

Greg Selinger, le ministre de l'Innovation, de l'Énergie et des Mines, Dave Chomiak, et le ministre de l'Infrastructure et des Transports, Steve Ashton, qui vit à Thompson et représente cette ville au parlement, ont rencontré jeudi le maire de la Ville, des travailleurs et des dirigeants de l'entreprise.

Le premier ministre a mentionné qu'une coalition s'était formée entre le gouvernement fédéral, le provincial, la Ville de Thompson et les divisions scolaires française et anglaise pour trouver des solutions. Greg Selinger espère que Vale changera de décision, qu'il juge inacceptable.

Le géant minier a annoncé mercredi, en même que des investissements de 10 milliards de dollars dans ses installations à travers le pays, la cessation des activités, d'ici 2015, de sa raffinerie et de sa fonderie de Thompson qui emploient 500 personnes.

Dix pour cent de la population de Thompson, qui compte 15 000 habitants, vivent de l'industrie minière. Les travailleurs sont sous le choc, car ils ne s'attendaient pas à une telle annonce, et ils s'inquiètent de leur avenir.

L'administrateur général de Vale Canada, Tito Martins, se veut rassurant et précise qu'en annonçant la fermeture si tôt, l'entreprise compte sur les départs à la retraite et les départs volontaires pour minimiser les mises à pied. Par ailleurs, des possibilités de retrouver un emploi ailleurs dans la mine existent pour les travailleurs qui restent sur le carreau, mais sans garantie, ajoute-t-il.

D'ici 2013, l'usine de Thompson ne disposera pas de minerai en suffisance à raffiner. Une bonne partie de cette matière première provient du Labrador et l'entente prend fin en 2013. Une raffinerie qui tourne à 60 % n'est pas viable et ce serait l'avenir de toute la mine qui serait en jeu, indique-t-on encore chez Vale.

Quant au maire de la ville, Jason Vanstone, il consent qu'il s'agit là d'un coup dur pour cette ville créée autour de l'industrie minière. Cependant, Thompson se diversifie et le maire a bon espoir qu'elle pourra se relever de ce coup dur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !