•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec achète le projet controversé

L'Îlot Voyageur près de la station Berri-UQAM
L'Îlot Voyageur près de la station Berri-UQAM Photo: Google Maps
Radio-Canada

L'Îlot Voyageur, ce projet de résidences étudiantes et de bureaux à Montréal qui a causé tant de maux à l'UQAM et au gouvernement du Québec, est maintenant propriété de la province.

Le ministre des Finances de la province, Raymond Bachand, annonce en effet que Québec se porte acquéreur des actifs de ce site. Le ministère des Finances du Québec indique que Busac, le promoteur du projet, touchera 20 millions de dollars.

Le gouvernement du Québec, par l'entremise de la Société immobilière du Québec, achète le chantier du pavillon universitaire et de la gare d'autobus, au centre-ville de Montréal. C'est tout à côté de la station de métro Berri-UQAM. Ces actifs étaient propriété de l'UQAM et de la firme Busac, dont le siège social est à Calgary. Busac vend maintenant sa part au gouvernement du Québec.

Maintenant, on va pouvoir penser au développement immobilier pour compléter un projet, soit avec le privé ou la Société immobilière.

Raymond Bachand, ministre des Finances du Québec

Par ailleurs, Québec achète l'actuelle entreprise de gestion de la gare d'autobus pour 25,5 millions de dollars.

En 2008, le gouvernement du Québec avait injecté 200 millions de dollars dans un compte en fiducie pour éponger la dette qu'avait contractée l'UQAM dans ce projet, soumis à tant d'aléas.

Par cet investissement, Québec devenait l'interlocuteur avec lequel le promoteur, Busac, allait devoir négocier.

Par voie de communiqué, mercredi, le ministre Bachand explique que le ministère des Finances du Québec est détenteur de la totalité des obligations de 269 millions de dollars, obligations qui devaient financer le projet de l'Îlot Voyageur.

Par la transaction qu'il vient de conclure avec Busac, le gouvernement évite « aux contribuables une facture additionnelle de plus de 80 millions de dollars », dit le ministre Bachand dans son communiqué. Ces 80 millions de dollars correspondent à des pénalités financières qu'aurait dû verser Québec s'il avait eu à annuler ces obligations, explique en substance le ministre des Finances.

Un projet dans lequel l'UQAM s'est enlisée

L'UQAM s'était lancée en 2005 dans ce projet, de concert avec Busac. Mais, encore à ce jour, l'Îlot Voyageur est toujours en chantier en raison d'une série de déboires qui ont fini par miner ce projet ambitieux.

Les difficultés accablant l'Îlot Voyageur, couplées à celles entourant la construction du pavillon des sciences Pierre-Dansereau, ont poussé l'UQAM dans un gouffre financier de 300 millions de dollars. Une situation qu'avait dénoncée l'opposition, à Québec, en septembre 2008.

Aucun thème sélectionné