•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Israël examine un gel de la colonisation

Le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou

Le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou

Photo : AFP / Uriel Sinai

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le conseil des ministres israélien étudie un nouveau gel de la construction de trois mois en Cisjordanie, n'incluant pas Jérusalem-Est. En échange, Washington offrirait des garanties à Israël en matière de sécurité.

De retour des États-Unis, le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, a présenté à son conseil des ministres, dimanche, un plan américain destiné à relancer les négociations de paix avec les Palestiniens.

« Cette proposition n'est pas encore finale. Elle est en train d'être formulée par notre équipe [de négociateurs] et celle des Américains », a indiqué M. Netanyahou lors de la réunion hebdomadaire.

Le plan prévoit entre autres un moratoire de 90 jours des constructions juives en Cisjordanie, qui n'inclurait pas Jérusalem-Est. En échange, Washington garantirait à Israël plusieurs mesures de soutien politique et militaire.

« Quand ces propositions seront complétées, je les présenterai à l'instance gouvernementale appropriée, c'est-à-dire le cabinet de sécurité », qui compte les 15 ministres les plus influents, a précisé le premier ministre. « De toute façon, j'insisterai pour que toute proposition réponde aux besoins sécuritaires de l'État d'Israël », a-t-il souligné.

Les Palestiniens n'ont pas été informés d'une telle proposition américaine, selon un porte-parole de la présidence palestinienne.

Pour reprendre les négociations avec Israël, les Palestiniens ont posé comme condition l'arrêt complet de la colonisation en Cisjordanie, mais aussi à Jérusalem-Est, qu'ils voudraient établir comme capitale d'un éventuel État palestinien.

Dissensions sur un nouveau moratoire

Le parti du Likoud de M. Nétanyahou, principale formation de la coalition gouvernementale, ne devrait pas rejeter le plan américain, selon les analystes israéliens. Mais plusieurs de ses alliés, dont le chef ultranationaliste Avigdor Lieberman, et le ministre de l'Intérieur, Elie Yishaï, chef du parti religieux Shass, ont affiché leur opposition à un autre gel de la colonisation.

Le conseil représentatif des 300 000 colons de Cisjordanie considère que « la demande de renouveler le gel est un piège dans lequel Israël ne doit pas tomber ».

Le gel dont il est question s'appliquerait à tous les chantiers à venir, mais également à ceux qui ont commencé à la fin du précédent moratoire, le 26 septembre dernier.

L'organisation non gouvernementale israélienne La Paix maintenant indique, dans un rapport publié dimanche, une accélération de la colonisation juive. Elle aurait comblé en quelques semaines le retard occasionné par les 10 mois de gel.

Jusqu'à maintenant, M. Nétanyahou s'était montré hostile à toute extension d'un gel de la colonisation, ce qui avait conduit à l'impasse dans les négociations israélo-palestiniennes relancée le 2 septembre dernier par l'administration Obama.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !