•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire sommé de s'excuser

Jean Gagnon

jean Gagnon, président du Syndicat des employés municpaux de la Ville de Québec.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le syndicat des fonctionnaires de la Ville de Québec exige des excuses de la part du maire Régis Labeaume. Il reproche au premier magistrat ses propos sur les « fonctionnaires incompétents » dans le dossier des voies réservées sur l'autoroute Robert-Bourassa.

Les fonctionnaires de la Ville de Québec exigent des excuses officielles de la part de Régis Labeaume d'ici cinq jours.

Ils reprochent au premier magistrat ses propos sur les « fonctionnaires incompétents » dans le dossier des voies réservées sur l'autoroute Robert-Bourassa.

Rappelons que le 3 novembre, le maire Labeaume avait qualifié les cols blancs « d'incompétents » et de « pleutres ». Il avait par la suite précisé que ces propos ne s'adressaient qu'aux fonctionnaires responsables de l'épineux dossier de la voie réservée sur l'autoroute Robert-Bourassa.

Jeudi, les cols blancs ont envoyé une mise en demeure au maire de Québec. Ils donnent cinq jours à Régis Labeaume pour se rétracter.

Il porte atteinte à la réputation des gens. Il a véhiculé des propos mensongers qui, pour nous, sont totalement inacceptables, et ce n'est pas la première fois

Jean Gagnon, président du syndicat

« Il a cinq jours pour adresser ses excuses aux membres du syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec, et à défaut de se conformer, il va y avoir des recours judiciaires », ajoute M. Gagnon.

De son côté, le maire de Québec n'a pas l'intention de commenter ni la mise en demeure des fonctionnaires ni la démission de Guy Renaud. Régis Labeaume a décliné toute demande d'entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !