•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt un refuge pour chevaux

Cheval

(archives)

Radio-Canada

Une jeune femme de Saint-Jean est en voie de réaliser son rêve de fonder un premier refuge pour chevaux au Nouveau-Brunswick.

Christy Clarke, une femme de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, projette l'ouverture d'un premier refuge pour chevaux dans le sud-ouest de la province.

Elle a acheté des terres d'une superficie équivalente à 130 terrains de football. Elle entend y installer son refuge pour chevaux. Sa mère, Marilyn Chapman, croit qu'elle y parviendra. Elle affirme que sa fille a toujours été déterminée.

En plus de la détermination, il lui faut 250 000 $ pour acheter le matériel nécessaire au refuge. Mme Clarke organise donc des collectes de fonds. Elle souhaite réaliser son projet le printemps prochain.

Pour cette jeune femme de 24 ans, les chevaux sont plus qu'une passion. Elle en prend soin depuis son enfance. Au fil des ans, son affection pour eux a grandi à tel point qu'elle veut leur consacrer sa vie.

Les chevaux redonnent 10 fois l'amour qu'ils reçoivent, selon Mme Clarke. Elle juge que certains propriétaires ne leur donnent pas l'affection qu'ils méritent. Elle explique qu'on croit parfois qu'il suffit de laisser les chevaux manger l'herbe du pâturage, alors qu'il leur faut un régime particulier.

Cela exige de l'argent, des soins et du temps. En ce moment, souligne Mme Clarke, il n'existe aucun refuge dans la province pour accueillir les chevaux négligés. Par conséquent, il arrive qu'ils soient euthanasiés.

Christy Clarke projette d'accueillir dans son refuge une cinquantaine de chevaux à la fois. Selon elle, la présence de ces animaux peut contribuer à soulager certaines souffrances humaines. Elle veut partager cette forme de thérapie avec des jeunes dans le besoin. Elle voit cela comme une entraide entre les chevaux et les humains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !