•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santerre se vide le coeur, les joueurs aussi

Radio-Canada
Mis à jour le 

Au lendemain de son congédiement-surprise, Marc Santerre écorche son ancien employeur. Des joueurs de l'équipe ajoutent leur voix à celle de leur mentor.

Marc SanterreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marc Santerre

Photo : Courtoisie Marc Santerre

Si les Carabins de l'Université de Montréal n'ont pas encore annoncé l'identité de leur prochain entraîneur-chef, Marc Santerre semble déjà savoir quel sera son profil.

C'est du moins ce qu'il a laissé entendre, jeudi, au micro de Radio-Canada Sports.

« Je suis fier d'avoir été plus qu'un entraîneur, a indiqué Santerre, au lendemain de son congédiement de son poste d'entraîneur-chef de l'équipe. La direction veut probablement se concentrer sur le football avec son coach. Mais j'ai apporté plus que ça au programme, je me suis occupé des athlètes. Je suis un coach de football universitaire, pas de football professionnel. »

La décision des Carabins a secoué la planète football, jusqu'au coeur même de l'équipe. Des joueurs des Bleus ont d'ailleurs convoqué les médias vendredi pour exprimer leur colère.

Santerre n'est guère surpris de la réaction de ses anciens protégés.

« Je sens que les athlètes sont déçus. Ça vient du fait qu'ils sentent qu'on laisse partir quelqu'un qui s'est occupé d'eux au profit de quelqu'un qui va s'occuper de l'université. Les joueurs ne sont pas fous. »

Par ailleurs, Santerre est incapable de valider ou d'infirmer l'hypothèse selon laquelle son départ serait lié à la mêlée générale survenue à la fin du match du 30 octobre contre les Gaiters de Bishop's. Son ancien employeur l'a laissé dans le noir...

« On ne me l'a pas expliqué, rappelle-t-il. Si on résume ma carrière ici à 42 secondes d'un match, c'est très réducteur et c'est même insultant pour ce que j'ai fait. Cette année, on a mis beaucoup d'accent sur la discipline dans notre équipe. Toute la saison, j'ai eu des commentaires des arbitres qui nous disaient : "Votre équipe se comporte mieux." »

Les joueurs contre-attaquent

De leur côté, les joueurs des Carabins sont sous le choc et s'organisent.

Vendredi matin, ils devaient rencontrer les dirigeants du programme sportif universitaire. Une rencontre annulée, selon les joueurs, qui ont même convié les médias au salon de l'équipe pour exprimer leur mécontentement.

Les joueurs ne comprennent pas et ne partagent pas la décision de l'université. Ils veulent surtout des réponses à leurs questions. Des réponses qui se font attendre.

Plusieurs membres de l'équipe ont vanté le travail de Santerre, tant sur le plan sportif que personnel. Ils ont le sentiment que l'université ne reconnaît pas l'implication globale de l'entraîneur, notamment pour ce qui est du côté scolaire.

Le receveur Frank Bruno martèle que l'équipe est unie derrière Santerre.

« C'est un homme qui m'a beaucoup appris en quatre ans, assure Bruno à Radio-Canada Sports. Surtout, il m'a fait comprendre le concept d'équipe, d'être unis pour une cause, un but. En s'unissant pour réclamer son retour, on veut montrer qu'on a compris son message. »

Les athlètes déplorent aussi le climat d'incertitude. Déjà, les rumeurs envoient Danny Maciocia à la barre de l'équipe. L'inconnu quant au sort réservé aux adjoints est une source d'inquiétude.

Certains ont rappelé l'importance de l'entraîneur dans leur décision d'avoir choisi les Carabins. Pour d'autres, le changement de garde est une certaine trahison.

« On nous impose carrément un nouvel engagement » ont dit plusieurs joueurs.

Quelques joueurs iraient même jusqu'à menacer la direction de ne pas revenir l'an prochain si les justifications sont jugées insuffisantes.

Avec la collaboration d'Antoine Deshaies

À lire aussi

Après le choc, les échos

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !