•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le succès au bout de l'index

Une main
Photo: iStockphoto
Radio-Canada

La taille de l'index chez l'homme indiquerait un taux élevé de testostérone avant la naissance et surtout une tendance à prendre des risques, affirment des chercheurs québécois.

Messieurs, vous êtes peut-être à un doigt du succès. Des chercheurs de l'Université Concordia affirment qu'un index petit par rapport aux autres doigts chez l'homme indique un taux élevé de testostérone avant la naissance et, surtout, une tendance à prendre des risques.

Le Pr Gad Saad et ses collègues de l'Université Concordia expliquent que d'autres travaux ont déjà établi que la prise de risques et la réussite financière sont liées à un taux élevé de testostérone.

Ils ont voulu examiner le rapport entre le taux de testostérone avant la naissance et la tendance pour un homme à courir divers risques.

Le chercheur Gad SaadLe chercheur Gad Saad (à gauche) se fait mesurer les doigts Photo : Université Concordia

Leurs observations permettent de conclure qu'il existe bel et bien un lien entre la présence de cette hormone avant de naître et la prise de risque dans trois domaines :

  • loisirs
  • société
  • finances

L'auteur principal de ces travaux, Eric Stenstrom soutient que les femmes sont souvent attirées par des hommes particulièrement en bonne santé, confiants et fortunés.

Ces hommes ont tendance à prendre des risques en matière de sports, de relations interpersonnelles et de finances.

Les présents travaux montrent que cette tendance est influencée par l'exposition à la testostérone.

Plus il y en a dans l'utérus de la mère, plus l'enfant sera plus tard porté à s'exposer au risque sur une patinoire, dans un bar ou sur le parquet de la bourse.

Auteurs

Les doigts en question

Selon les chercheurs, non seulement l'exposition prénatale à la testostérone influe sur le développement du cerveau du foetus, mais elle ralentit aussi la croissance de l'index par rapport aux autres doigts, sauf le pouce.

Ainsi, la longueur des doigts constituerait une mesure de l'exposition prénatale à l'hormone mâle.

Les sujets dont l'index serait moins long auraient donc davantage tendance à prendre des risques, estiment les auteurs. Ces résultats ont été confirmés par une mesure supplémentaire, soit la différence entre la proportion de l'index et celle de l'annulaire. Cette corrélation a uniquement été observée chez les hommes.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Personality and Individual Differences.