•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Propagation du choléra à Port-au-Prince

Une fillette atteinte du choléra

Une fillette atteinte du choléra est hospitalisée.

Photo : AFP / Nicholas KAMM

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Organisation mondiale de la santé confirme que 73 personnes sont atteintes du choléra à Port-au-Prince. La propagation de la maladie dans la capitale inquiète au plus haut point les autorités sanitaires haïtiennes.

Pour la première fois depuis le début de l'épidémie de choléra en Haïti, des cas ont été rapportés à Port-au-Prince, mardi. L'entrée officielle du choléra sur le territoire de la capitale nationale a été confirmée mardi par le docteur Ariel Henry, directeur de cabinet du ministre de la Santé.

Selon le médecin, des analyses ont confirmé qu'un enfant de 3 ans qui n'était pas sorti de Port-au-Prince avait contracté la maladie.

Par ailleurs, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a affirmé mardi que 73 personnes étaient actuellement atteintes du choléra à Port-au-Prince, où l'épidémie devrait « rapidement se propager », selon l'organisation.

La confirmation de ces premiers cas de choléra dans la ville de Port-au-Prince mardi inquiète au plus haut niveau le gouvernement haïtien.

« Sécurité nationale »

Craignant pour la santé des 3 millions d'habitants de la ville, dont la moitié vivent dans des conditions précaires, le directeur général du ministère de la Santé, Gabriel Thimoté, considère cette épidémie comme une question de « sécurité nationale ».

L'ONU, de son côté, estime que les importantes inondations et les déplacements de populations provoqués par l'ouragan Tomas multiplient d'autant plus les risques de propagation de la maladie dans le pays.

Le choléra est une maladie hautement contagieuse qui se répand dans les sources d'eau en l'absence de mesures sanitaires et d'hygiène suffisantes.

Des enfants devant leur abri dans un camp de réfugiés installé à la suite du séisme de janvier dernier à Port-au-Prince.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : AFP / Nations unies/Logan Abassi

Depuis la mi-octobre, le choléra a tué 544 personnes en Haïti et nécessité plus de 8000 hospitalisations dans les hôpitaux du pays, qui manquent de moyens pour faire face à la situation.

Le foyer d'éclosion de la maladie, qui s'est déclarée dans la région de l'Artibonite, s'est étendu rapidement. Les autorités redoutaient particulièrement l'arrivée du choléra à Port-au-Prince, qui a lourdement souffert du séisme de janvier dernier.

La ville surpeuplée et partiellement détruite abrite depuis des mois dans des camps de fortune plus d'un million de réfugiés du séisme de janvier dernier.

Selon des laboratoires américains, la souche de choléra qui prolifère en Haïti serait similaire à des souches découvertes en Asie.

Le choléra

Hautement contagieuse, cette infection bactérienne peut tuer en quelques heures. Le choléra, qui n'affecte que les humains, est causé par la bactérie Vibrio cholerae aussi baptisé « bacille virgule » en raison de sa forme caractéristique.

Après une incubation de quelques jours, la maladie se manifeste par de violentes diarrhées, qui vident l'organisme de son eau. En l'absence d'une réhydratation immédiate, la perte en eau s'avère souvent mortelle.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !