•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet domiciliaire qui suscite les craintes

Boisé
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des citoyens s'inquiètent des répercussions de l'important projet domiciliaire Roc Pointe, qui prévoit la construction de plus de 1300 logements dans un secteur boisé de l'ouest de Lévis.

Un important projet domiciliaire dans le secteur de Saint-Nicolas à Lévis inquiète les résidents. Le projet Roc Pointe prévoit la construction de plus de 1300 logements dans un secteur boisé. Lévis compte sur ce projet pour densifier le secteur ouest de la ville.

Or, des citoyens craignent de voir prochainement la machinerie à l'oeuvre, alors que le projet n'a pas franchi toutes les étapes de son adoption à l'Hôtel de Ville de Lévis, notamment les autorisations nécessaires quant à la protection de l'environnement.

Des résidents du quartier soulignent que le projet est situé dans un secteur bien particulier. « Parce qu'il y a des zones humides, il y a un ruisseau, il y a un marais, et ce ruisseau-là s'en va jusqu'au fleuve Saint-Laurent », indique Suzanne Guay, une résidente.

Elle s'inquiète aussi des conséquences pour les résidents du chemin Trottier, un chemin privé dont les résidences sont reliées à des puits artésiens. Gilles Guérard, un des propriétaires, craint les effets sur la nappe phréatique. « Étant donné qu'on a appris qu'il n'y avait pas d'étude d'impact en cours sur la nappe phréatique, sur l'approvisionnement en eau souterraine, ça nous inquiète, parce que si nos puits s'assèchent dans un an, deux ans, les conséquences pour nous peuvent être financièrement assez lourdes », dit-il.

Un autre résident, Alain Demers, estime que les infrastructures ne sont pas en place pour protéger l'environnement et les déplacements aux abords des ponts. « Le plan d'urbanisme ne favorise pas la création d'axes routiers importants pour desservir cette clientèle-là. Ils sont déjà en situation de congestion actuellement », affirme M. Demers.

La mairesse de Lévis, Danielle Roy-Marinelli, ne partage pas les inquiétudes des résidents. « C'est un très beau projet, et il va être présenté en consultation publique, et à la Ville et à l'arrondissement, et on va entendre les gens, leurs questions. Mais, au moment où on se parle, ce n'est pas du tout un projet problématique », estime Mme Roy-Marinelli.

Le projet sera officiellement présenté au conseil municipal de Lévis la semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !