•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Ras-le-bol des procureurs de la Couronne

    Me Christian Leblanc, président de l'Association des procureurs aux poursuites criminelles et pénales

    Me Christian Leblanc, président de l'Association des procureurs aux poursuites criminelles et pénales

    Radio-Canada

    Les procureurs de la Couronne du Québec, qui se disent débordés, dénoncent une « justice au rabais » et exigent que le gouvernement engage 200 nouveaux avocats pour rejoindre la moyenne canadienne.

    Les procureurs de la Couronne du Québec, qui ont la responsabilité de poursuivre les accusés et de suggérer les peines à imposer, préviennent qu'ils sont au bout du rouleau et réclament plus d'argent du gouvernement.

    Les investissements dans le système de justice québécois, qui repose en grande partie sur les épaules des procureurs de la Couronne, sont les moins élevés au Canada.

    La Couronne se dirige vers un mur. Il faut que quelque chose soit fait pour corriger le tir.

    Me Christian Leblanc, président de l'Association des procureurs aux poursuites criminelles et pénales

    Les procureurs réclament l'embauche de dizaines d'avocats pour mettre fin à ce qu'ils appellent « une justice au rabais ». Ils sont 450 au Québec. Pour atteindre la moyenne canadienne, il faudrait en engager 200 de plus.

    À défaut de moyens et de temps, disent-ils, c'est au Québec que les délais en matière de justice criminelle sont les plus longs, et le taux d'acquittement est quatre fois plus élevé qu'ailleurs au pays.

    « Des procureurs qui font du volume me disent : "Je ne vais plus en appel, je n'ai plus le temps d'aller en appel. Si j'y vais en appel, le mémoire d'appel, je vais devoir le rédiger la fin de semaine chez moi, après avoir couché les enfants." », rapporte Christian Leblanc.

    Avec une telle situation, le recrutement est devenu difficile, d'autant plus que le salaire maximal des procureurs au Québec est de 100 000 $, 96 000 $ de moins qu'en Ontario.

    Certaines régions comme l'Abitibi sont carrément à court d'effectifs. « Au mois d'août, ils étaient quatre : une avocate avec trois ans d'expérience, une avocate avec dix mois d'expérience et deux stagiaires. Alors, là, ça ne va pas », estime Me Leblanc.

    La présidente du Conseil du Trésor, Michelle Courchesne, n'a pas voulu commenter la situation. « C'est une position qui est une position légitime, qui est syndicale. Je ne commenterai pas. Il faut faire toujours très attention avec les comparaisons », a-t-elle dit.

    Les procureurs de la Couronne sont sans contrat de travail depuis le 1er avril. Ils se disent prêts à tout pour faire changer les choses, même à utiliser leur droit de grève.

    D'après un reportage d'Yvan Côté

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !