•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

25 morts de plus

Deux Haïtiens transportent le cercueil d'un enfant victime du choléra, le 24 octobre 2010, à Rossignol.

Deux Haïtiens transportent le cercueil d'un enfant de dix ans victime du choléra, le 24 octobre 2010, à Rossignol.

Photo : La Presse canadienne / Ramon Espinosa

Radio-Canada

L'épidémie de choléra en Haïti a fait 25 morts au cours de la journée. De plus, 65 personnes ont été hospitalisés, portant le nombre d'hospitalisations à 4714, et le nombre total de morts depuis le déclenchement de l'épidémie à 330.

L'épidémie de choléra en Haïti a fait 25 morts au cours de la journée, vendredi. 65 Haïtiens de plus ont aussi été hospitalisés, portant le nombre d'hospitalisations à 4714, et le nombre total de morts depuis le déclenchement de l'épidémie à 330.

Le nouveau bilan communiqué par le directeur du ministère de la Santé haïtien, Gabriel Thimoté, fait état à la fois d'une hausse du nombre de décès et d'un net ralentissement du nombre de nouvelles hospitalisations.

Interrogé sur l'état de l'enquête au sujet de l'origine de l'épidémie, Le Dr Thimoté a expliqué que l'enquête au sujet de l'origine de l'épidémie n'avait rien apporté de conclusion pour l'instant. L'hypothèse d'une contamination du fleuve Artibonite reste la plus plausible, selon le ministère.

Une dizaine de jours après l'apparition du choléra, des rumeurs se sont mises à circuler en Haïti, concernant l'origine de l'épidémie. Certaines établissent un lien de cause à effet entre l'éclosion de la bactérie et l'aide étrangère, en citant particulièrement les soldats de l'ONU provenant du Népal.

Vendredi, des centaines d'Haïtiens se sont introduits dans une base militaire rurale en brandissant des branches d'arbres, et munis de bannière « anti-ONU ». Ils ont demandé aux soldats de quitter le pays.

Que cela vous plaise ou non, ils doivent partir!

Chant des manifestants à l'intention des soldats népalais de l'ONU

La Minustah a démenti la rumeur : « Certains croient que des matières organiques humaines jetées dans une rivière (...) par la Minustah sont à l'origine de l'épidémie (...), mais (la mission) utilise en fait sept fosses septiques. »

Des populations davantage touchées

Les autorités sanitaires du pays ont observé que la plupart des victimes du choléra en Haïti étaient des personnes « à faible niveau d'éducation, les agriculteurs et les paysans ».

Elles constatent également qu'environ 30 % des décès sont enregistrés chez les enfants de cinq ans et plus, qui constituent « une population très vulnérable », a indiqué un responsable de l'Unicef.

Avec les informations de Agence France-Presse