•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Une erreur de bonne foi »

Le psychiatre Louis Morissette

Le psychiatre Louis Morissette

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans sa plaidoirie, l'avocat du psychiatre Louis Morissette indique que son client a commis une erreur en témoignant au procès de Francis Proulx, mais il soutient qu'il ne s'agit pas d'un acte criminel.

L'avocat du psychiatre Louis Morissette a fait entendre sa plaidoirie, jeudi, au palais de justice de Québec. Me Ronald Picard plaide que son client a fait une erreur de bonne foi.

Dans sa plaidoirie, Me Picard indique que le psychiatre a commis une erreur en témoignant au procès de Francis Proulx, mais il soutient qu'il ne s'agit pas là d'un acte criminel.

En avril 2009, le Dr Louis Morissette avait affirmé avoir écouté le témoignage audio de Francis Proulx reconnu coupable du meurtre de Nancy Michaud alors que l'enregistrement n'était pas encore disponible. Lors du contre-interrogatoire mené par la Couronne, le Dr Morissette avait dit « avoir menti » et « s'être trompé », tandis qu'il était sous serment.

La défense fait valoir que le Dr Morissette avait alors une surcharge de travail et qu'il lui arrive d'être brouillon.

Quant à l'aveu du psychiatre, Me Picard croit que son client est tout simplement tombé dans un piège linguistique au moment où il était bombardé de questions par la Couronne.

Louis Morissette n'a pas témoigné pour sa défense et son avocat n'a présenté aucune preuve lors du procès.

Pour sa part, l'avocat de la Couronne, Me Charles Levasseur, pense plutôt que le psychiatre a délibérément menti pour soutenir son rapport d'expertise.

Louis Morissette, spécialiste du domaine médicolégal de l'Institut Philippe-Pinel de Montréal, est accusé de parjure et d'entrave à la justice à la suite de son témoignage au procès de Francis Proulx.

Les accusations déposées contre le Dr Morissette le rendent passible d'une peine d'emprisonnement maximale de 14 ans.

Le juge a mis la cause en délibéré. Le Dr Morissette devra patienter quelques mois avant de savoir s'il est déclaré coupable ou s'il est acquitté. Le juge Carol St-Cyr rendra sa décision le 4 mars 2011.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !