•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Croissance des coûts de la santé : la plus faible augmentation depuis 1997

(archives)

(archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La croissance des coûts de santé au pays est la plus faible depuis 1997, selon le dernier rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé ICIS. Elle est estimée à 192 milliards de dollars pour 2010, 5,2 % de plus que l'an dernier.

La croissance des coûts de santé au Canada ralentit et le vieillissement de la population est loin d'être un tsunami comme le redoutaient les observateurs.

C'est ce qui ressort du dernier rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé ICIS, intitulé Tendances des dépenses nationales de santé, 1975 à 2010.

Le document fait état de dépenses autour de 192 milliards de dollars en 2010, soit 5,2 % de plus que l'an dernier. Il s'agit de la plus faible augmentation depuis 1997. L'Alberta et le Manitoba sont en tête de liste. C'est dans ces deux provinces que les dépenses sont les plus importantes, loin devant le Québec et la Colombie-Britannique.

L'Institut canadien de la Santé prévoit que les dépenses de santé au Canada augmenteront d'un peu plus de 5 % en 2010, mais si on élimine l'effet de l'inflation et de l'augmentation de la population, c'est en fait une augmentation de seulement 1,5 %.

Il s'agit de la plus faible inflation depuis plus de dix ans, selon l'ICIS, qui note une tendance générale à mieux contrôler les dépenses de santé depuis les cinq dernières années.

« Même si les dépenses continuent d'augmenter plus rapidement que l'accroissement de la population et l'inflation, on note une tendance à la baisse. »

— Une citation de  Jean-Marie Berthelot, vice-président de l'ICIS

Le vieillissement de la population, présenté comme le principal facteur de l'augmentation des dépenses, ne semble pas avoir d'impact pour le moment. Le rapport démontre que même si les personnes âgées coûtent plus cher en soins de santé, et même si leur proportion est passée de 12 à 14 % de la population depuis dix ans, leur part de l'utilisation des ressources est demeurée stable, à 44 %.

Pour Jean-Marie Berthelot, le vieillissement vient en quatrième place dans les facteurs d'augmentation des dépenses. On est loin du tsunami redouté.

La vague qui inquiète Jean-Marie Berthelot est liée à l'augmentation des services de façon générale, à la technologie et à l'inflation.

Les dépenses dédiées à la rémunération des médecins se situent autour de 7 % au Canada et au Québec. Cela s'expliquerait en partie par une augmentation du nombre de médecins.

Le document souligne que la croissance des dépenses de médicaments a ralenti au Canada, à l'exception du Québec, où elle demeure au dessus de la moyenne nationale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !