•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une première convention pour les familles d'accueil

Image tirée d'un reportage sur les responsables de familles d'accueil
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les intervenants en famille d'accueil, dont le travail est reconnu légalement depuis juin 2009, réclament de meilleures conditions de travail et un programme de formation dans le cadre de leurs premières négociations avec Québec.

Les responsables de familles d'accueil, dont le travail est reconnu légalement depuis juin 2009, négocient présentement leur première convention collective.

Pour le moment, ils ne bénéficient que du remboursement de leurs dépenses liées aux soins des enfants. Mais Denis Vigneault, négociateur pour la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), souhaite que ces responsables obtiennent maintenant des conditions de travail équivalant à des emplois analogues dans le réseau de la santé et des services sociaux, à titre de travailleurs autonomes employés par l'État.

La Centrale des syndicats démocratiques est la principale organisation représentant les quelque 10 000 familles d'accueil que compte le Québec.

Le syndicat espère aussi la création d'un programme provincial de formation des intervenants en familles d'accueil.

Puisque, comme l'explique la présidente de l'Association des familles d'accueil de Chaudière-Appalaches, Diane Thomas, les responsables doivent suivre le plan d'intervention établi par le centre jeunesse.

Mais certains centres jeunesse craignent que des éléments d'un éventuel contrat de travail soient en contradiction avec les normes habituelles. Comment, en effet, parler de retrait préventif ou de congé férié lorsqu'on doit s'occuper d'un enfant en difficulté chez soi? demande Sylvie-Chantal Corbeil, du Centre jeunesse de l'Estrie.

En raison de la complexité de toutes ces questions, on s'attend donc à ce que les négociations avec le gouvernement du Québec soient longues.

D'après un reportage de Marie-Hélène Rousseau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !