•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Allégations de racisme au sein du Tea Party

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À deux semaines des élections de mi-mandat, la National Association for the Advancement of Colored People publie un rapport concluant que le mouvement « offre une plateforme aux antisémites, aux racistes et aux fanatiques ».

L'un des plus importants groupes de défense des droits civiques des États-Unis soutient dans un rapport publié que le mouvement politique Tea Party « offre une plateforme aux antisémites, aux racistes et aux fanatiques ».

Des adolescents assistent à une assemblée du Tea Party au Nevada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des adolescents assistent à une assemblée du Tea Party au Nevada.

Photo : La Presse canadienne / AP/Julie Jacobson

Ce rapport, rédigé par l'Institute for Reasearch and Education on Human Rights, a été rendu public mercredi par la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), à deux semaines des élections de mi-mandat dans lesquelles le Tea Party joue un rôle non négligeable.

« Le mouvement Tea Party a lancé un mouvement politique inachevé formé principalement de Blancs issus de la classe moyenne, qui sont en colère et qui croient que leur pays, leur nation, leur a été enlevé », soutient le rapport.

Le Tea Party est un regroupement d'associations citoyennes qui estiment que le gouvernement fédéral intervient trop dans leur vie, particulièrement en matière de fiscalité. Il a gagné en popularité au cours des derniers mois et a joué un rôle dans de nombreuses courses à l'investiture du Parti républicain.

Le rapport dévoilé par la NAACP s'est penché plus précisément sur six réseaux estimés au coeur du mouvement en raison de leur popularité. Il conclut que cinq d'entre eux ont remis en question la validité de l'acte de naissance du président Barack Obama.

Les auteurs notent en outre que plusieurs rassemblements du Tea Party permettent d'apercevoir des affiches explicitement racistes. Plusieurs membres afro-américains du Congrès, ajoutent-ils, ont été la cible d'épithètes racistes lors d'une démonstration sur la réforme de la santé tenue en mars à Washington.

Le rapport cite une douzaine de personnes ayant des antécédents racistes, dont un Texan ayant déjà été cité dans une liste de sympathisants du Ku Klux Klan, et un animateur de radio du même État ayant reçu des invités antisémites à son émission. Les auteurs affirment qu'ils dévoileront d'autres noms chaque semaine dans Internet.

Dans un mot d'introduction au rapport, le président de la NAACP, Benjamin Todd Jealous précise que la grande majorité des partisans du Tea Party sont des gens de bonne volonté qui défendent leurs principes et qui sont sincères. Il souligne aussi que des gens ont été expulsés de groupes locaux, ce qui constitue un bon premier pas.

Selon M. Jealous, le Tea Party est essentiellement constitué de deux groupes : l'un est formé de citoyens réellement désireux de promouvoir une réduction de la taille du gouvernement et le conservatisme fiscal, et un autre constitué de gens issus de milices et de groupes anti-immigrants.

Il demande aux dirigeants locaux du mouvement d'expulser de leurs rangs toute personne ayant des antécédents racistes ou des liens avec les groupes suprémacistes blancs ou les « birthers », comme on appelle les partisans de la thèse du faux acte de naissance du président Obama.

Des dirigeants locaux du Tea Party soutiennent que le rapport vise à miner l'influence du parti à l'approche des élections de mi-mandat. Les Américains devront alors renouveler les 435 sièges de la Chambre des représentants et 37 des 100 sièges du Sénat. De nombreux autres scrutins se déroulent aussi dans chacun des 50 États de la fédération.

Selon Adam Brandon, le porte-parole du groupe Freedom Works, qui se réclame du Tea Party, la NAACP tente de « changer de sujet » à deux semaines du scrutin. « Nous nous concentrons sur les enjeux fiscaux et économiques - tout le reste n'est que du bruit », a-t-il affirmé au New York Times.

Le commentateur conservateur Andrew Breitbart, qui a des liens avec le mouvement, a pour sa part déclaré à Politico.com que le rapport n'était qu'un moyen cynique d'inciter les Noirs américains à aller voter. Il soutient que beaucoup d'activistes et de candidats noirs sont soutenus par le Tea Party.

Avec les informations de Associated Press, New York Times, et Politico

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !