•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération policière dans le secteur de la construction

opération policière
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quelque 120 policiers de la SQ mènent une vaste opération policière à Montréal et à Laval pour mettre un terme à un stratagème de fausses facturations dans le secteur de la construction. Quatorze personnes ont été arrêtées.

Quelque 120 policiers de l'escouade des crimes économiques de la Sûreté du Québec participent mercredi à une vaste opération policière destinée à mettre un terme à un stratagème de fausses facturations dans le secteur de la construction.

La fraude fiscale présumée est estimée à plusieurs millions de de dollars.

La police dit avoir procédé à 14 arrestations dans les régions de Laval et de Montréal. Le principal suspect dans cette affaire est soupçonné d'avoir fraudé le fisc pour une somme de 60 millions de dollars.

Au total, une douzaine de perquisitions sont menées dans des résidences et des places d'affaires, dont des bureaux de comptables et des firmes d'encaissement de chèque.

À Montréal, l'opération policière semble se concentrer rue Saint-Denis, où trois perquisitions sont menées dans autant d'immeubles situés les uns à côté des autres.

Selon la SQ, les personnes arrêtées « auraient mené ou participé à des stratagèmes permettant à différents entrepreneurs en construction d'obtenir des liquidités, et ce, au moyen de fausses factures. L'argent obtenu servait ultimement à payer le salaire des employés. »

Selon la SQ, des accusations pourraient éventuellement être portées dans ce dossier.

Quelque 120 employés du ministère du Revenu participent aussi à cette opération, qui constitue l'aboutissement d'une enquête amorcée en 2008.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !